Les musulmans de France unis contre l'Etat islamique

le
2
Les musulmans de France unis contre l'Etat islamique
Les musulmans de France unis contre l'Etat islamique

Les fédérations et responsables des mosquées de France ont lancé mardi, cette fois de manière plus unitaire que la semaine passée, un «appel des musulmans de France» contre le groupe Etat islamique (EI), exigeant une enquête sur «les responsabilités des soutiens de cette organisation terroriste ainsi que l'origine de ses moyens.» Une initiative aussitôt saluée par le ministre de l'Intérieur qui avait indiqué dimanche que «930 personnes venant de France étaient impliquées» dans le jihad.

«Nous condamnons fermement les exactions commises par l'organisation Daesh (l'acronyme en arabe de l'EI, Ndlr) à l'encontre des civils en Irak et en Syrie parmi les chrétiens, les Yézidis, les Kurdes, les Turcomans minorités turcophones d'Irak et de Syrie, les musulmans chiites ou sunnites, les humanitaires, les journalistes», écrivent les signataires de cet appel, qui estiment que ce groupe, «en dépit de son appellation usurpée, n'a rien ni d'Etat ni d'islamique».

Le communiqué est de portée plus large que «l'appel de Paris» signé la semaine dernière, qui marquait une solidarité en particulier avec les chrétiens d'Orient, et il est surtout plus unitaire. Il a été validé par dix grandes institutions dont les deux groupements de mosquées de sensibilité marocaine (RMF et UMF), la fédération de la Grande mosquée de Paris (liée à l'Algérie), les Turcs du CCMTF, mais aussi l'UOIF (proche des Frères musulmans) et l'association Foi et Pratique (courant littéraliste de prédication Tabligh).

Ils réclament enquête sur le financement de l'EI

La très grande majorité des quelque 2.300 à 3.000 lieux de culte de la première communauté musulmane d'Europe (3,5 à 5 millions de croyants) y est donc représentée. Le Conseil français du culte musulman (CFCM), créé en 2003 pour incarner un «islam de France» auprès des pouvoirs publics mais de plus en plus affaibli par des querelles internes et des oppositions externes, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le mardi 16 sept 2014 à 23:38

    Mouais... C'est bien tard et bien léger. Combien de morts pour faire réagir ces associations cultuelles ? Sont ils sincères ?

  • M3182284 le mardi 16 sept 2014 à 19:09

    Enfin ce silence assourdissant est brisé. Il aura fallu atteindre le point Omega de l'abomination pourqu'une condamnation du bout des lèvres arrive. C'est toujours ça. C'est bin de savoir qu'il n'y a que quelques dizaines de milliers d'ennemis et pas des dizaines de millions qui ont les mêmes papiers que soi...