Les musulmans britanniques s'indignent de l'exécution d'Henning

le
0

par Stephen Addison LONDRES, 4 octobre (Reuters) - De nombreux représentants de la communauté musulmane britannique se sont associés samedi au Premier ministre David Cameron pour condamner l'exécution d'Alan Henning, décapité par l'Etat islamique. Des prières à la mémoire de ce chauffeur de taxi de 47 ans originaire de Salford, dans le nord de l'Angleterre, ont été dites dans les mosquées de Grande-Bretagne à l'occasion de l'Aïd el Adha, la fête du sacrifice. Il s'agit du quatrième otage décapité par les djihadistes de l'Etat islamique. Dans la vidéo, on peut entendre l'homme à l'accent britannique surnommé "Jihadi John", déjà filmé dans d'autres exécutions. "Nous allons utiliser toutes les ressources dont nous disposons (...) et faire tout notre possible pour vaincre cette organisation qui est totalement impitoyable, insensée et barbare dans la façon dont elle traite les gens", déclare David Cameron dans un message transmis samedi, au lendemain de la diffusion de la vidéo montrant l'exécution. Alan Henning, qui avait laissé sa femme et ses deux enfants pour s'engager dans une mission humanitaire en Syrie, y a été enlevé en décembre alors qu'il acheminait des médicaments vers un hôpital du Nord-Ouest. UNE GUERRE CONTRE L'HUMANITÉ ENTIÈRE Certains représentants de la communauté musulmane britannique se sont vus reprocher par le passé de ne pas condamner assez fermement ce que le David Cameron appelle "l'idéologie vénéneuse" des djihadistes, mais le cas d'Alan Henning a suscité une réaction unanime. Dans un message diffusé sur Twitter, Shuja Shafi, secrétaire général du Conseil musulman, dénonce "un acte ignoble et repoussant" et rappelle qu'il "aidait des musulmans". L'association des Musulmans du nord de l'Angleterre qualifie quant à elle Alan Henning de "héros national". "Cet assassinat barbare est un acte d'agression contre les personnes censées du monde entier", estime par ailleurs Mohammed Shafiq, directeur de la fondation Ramadhan. Le mois dernier, une centaine d'imams britanniques avaient signé une lettre ouverte condamnant "les menaces abjectes proférées à l'encontre de M. Henning, détenu par de soi-disant musulmans". "Les fanatiques non-islamiques ne se comportent pas en musulmans mais comme des monstres, comme l'a dit le Premier ministre. Ils commettent les crimes contre l'humanité les plus graves. Il ne s'agit pas de djihad, mais d'une guerre contre l'humanité entière", disaient-ils. (Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant