Les municipales à Cannes empoisonnent l'UMP

le
2
Michèle Tabarot se bat bec et ongles pour l'investiture de son frère à la mairie de Cannes. Le maire sortant, Bernard Brochand, souhaite que son premier adjoint lui succède.
Michèle Tabarot se bat bec et ongles pour l'investiture de son frère à la mairie de Cannes. Le maire sortant, Bernard Brochand, souhaite que son premier adjoint lui succède.

Cannes, pour l'UMP, c'est surtout un festival de vacheries ! L'investiture du candidat UMP aux municipales vire, mardi 15 octobre au soir, à l'empoignade générale lors de la commission d'investiture composée d'une quarantaine d'élus. Une heure et trente minutes de pugilat sur la seule ville de Cannes, où fillonistes et copéistes s'affrontent à coup d'affaires douteuses... Bernard Brochand, le maire sortant - et filloniste -, défend le seul candidat qui lui paraît digne de lui succéder : David Lisnard, son premier adjoint. En face, Michèle Tabarot, copéiste de la première heure, défend bec et ongles la candidature de son frère Philippe Tabarot. Une confrontation très révélatrice des lignes de clivage au sommet du parti...

Brochand n'a rien oublié de ce que fut sa propre réélection en 2008 lorsque Philippe Tabarot - déjà lui ! -avait refusé de jouer collectif et s'était présenté contre le maire sortant à la tête d'une liste dissidente. Brochand l'avait tout de même emporté avec 41 % des voix à l'issue d'une quadrangulaire... Pour ce mauvais geste, Tabarot avait été à l'époque suspendu de l'UMP. Et voilà que près de six ans plus tard, l'impétrant revient narguer Brochand et Lisnard, cette fois avec le renfort de Jean-François Copé... "La jurisprudence veut qu'un dissident ne soit jamais investi. On ne récompense pas la félonie," avance l'un des fillonistes. Mardi soir, Brochand ne se prive pas de rappeler cette règle qui vaut...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le vendredi 18 oct 2013 à 18:19

    Oh ! que voilà une bonne question, frk987 ! Déjà, il y en a beaucoup trop ! Dans ma malheureuse Corse ancestrale de 300 000 habitants, il y a ... 360 communes, 22 intercommunalités, 55 cantons, 3 sous-préfectures, 2 départements et 1 région. A un récent référendum, tout le monde a voté POUR garder les 2 départements (comme en Alsace). En clair, en Corse, il suffirait de 70 communes et 1 Région ...

  • frk987 le vendredi 18 oct 2013 à 18:11

    Franchement un maire élu, Est-ce vraiment utile ?, une nomination par la préfecture d'un fonctionnaire serait amplement suffisant et plus utile. Et au moins les magouilles....locales ce serait fini. On passerait aux magouilles à plus haut niveau, et là ce serait nettement mieux visible.