Les mots bleus (8)

le
0
Les mots bleus (8)
Les mots bleus (8)

"Après avoir lu ce livre, vous ne regarderez plus l'Euro de la même façon." Ah bon, il fallait absolument le lire avant le début du tournoi ? Bah on l'a lu après.

L'Euro français en 11 points, plus une prolongation...


1. Mai 2016. L'invité surprise que tout le monde attendait, Christophe Jallet, débarque à Clairefontaine. Présentation des lieux. Inside with Chris : "Au domaine de Montjoye, les Bleus prennent leurs quartiers dans le château proprement dit. Un endroit d'un cachet fabuleux. Les volumes sont impressionnants, les boiseries soyeuses. (...) Il y a ce grand hall tout en parquet qui accueille les joueurs. C'est le salon Aimé Jacquet, huit mètres de hauteur sous plafond. Les teintes sont chaudes. C'est élégant. Deux canapés trois-places et quatre fauteuils se font face. Un immense écran plat permet de se rassembler autour d'un match. Une minuscule mezzanine embellit encore le lieu. Un baby-foot bleu jure un peu dans ce décor bourgeois. En le scrutant de près, il révèle sa beauté high-tech : il vient de chez Mathieu Debuchy, l'arrière droit des Bleus pendant la Coupe du monde 2014. Il en commercialise avec son frère. À droite du hall se trouve la salle où trône toujours un billard. (…) À gauche du hall, c'est le salon Raymond Kopa, ancien et fameux salon rose, rendu célèbre par la révolte de Thierry Henry. (…) Une fois passé les quatre salons (Jacquet, Fontaine, Kopa, Lemerre), un étroit couloir à la moquette épaisse conduit au logement du staff de l'EDF. (…) Les joueurs dorment au premier ou au deuxième étage."

2. Après les derniers matchs de préparation, contre le Cameroun et l'Écosse, DD est prêt et le montre : "On le chambre sur sa ligne impeccable, et surtout sur ce pull, très tendance, qui épouse son torse avec délice. Un pull posé à même la peau. Et c'est alors que tout à coup, sans prévenir et pour seule réponse, il se lève, arborant fièrement ses tablettes de chocolat. "C'est pas mal, hein ?", sourit-il enfin devant les regards admiratifs."

3. 10 juin 2010. Avant le premier match contre la Roumanie, Noël Le Graët prend la parole devant les Bleus. Séquence motivation : "Une victoire à l'Euro changerait tout (…). Le football est profondément sociétal et il s'est passé beaucoup de choses en 2015 en France avec les vagues d'attentats. Il y a un goût du bleu blanc rouge, une volonté de détruire le France bashing. Cette équipe créerait beaucoup de fierté parce que…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant