Les mobiles vintage, entre effet de mode et budget serré

le
0
Les mobiles vintage, entre effet de mode et budget serré
Les mobiles vintage, entre effet de mode et budget serré

Effet de mode ou budget télécom réduit, les bons vieux téléphones portables des années 2000, indestructibles et jamais en panne de batterie, refont surface sur un marché dominé par les smartphones et la connectivité à outrance.Le 1er avril, surfant sur cette vague, le constructeur emblématique Nokia s'est fendu d'un poisson d'avril pour annoncer le (faux) retour de son légendaire 3310, doté d'un improbable écran tactile et d'un capteur photo perfectionné. Lancé en 2000, ce modèle de légende, qui n'est plus fabriqué depuis belle lurette, s'est vendu à plus de 125 millions d'exemplaires dans le monde. Le 3310 tout comme d'autres "dinosaures" signent depuis plusieurs mois un retour remarqué dans les boutiques de mobiles d'occasion ou sur les sites de e-commerce, imposant leur coque massive et "low-tech" aux côtés de smartphones au design futuriste.Ces portables rétro, sans connexion internet ni applications mobiles, ne sont plus seulement l'apanage de personnes âgées ou de consommateurs au budget télécom limité, mais ont été élevés au rang d'objets cultes par un mouvement de mode plus global."Il y a un effet +madeleine de Proust+ et cette sensation agréable de retrouver un objet que l'on a connu à une époque, un peu comme se payer des baskets vintage qu'on ne pouvait pas s'offrir à l'adolescence ou emmener ses enfants à un concert de Chantal Goya", résume à l'AFP Damien Douani, expert nouvelles technologies à l'agence FaDa.Il met aussi en avant "une logique de contre-culture en réaction à la surconnectivité de la société, la déconnexion étant la tendance du moment, avec la volonté d'un retour à l'essentiel et à un téléphone basique servant juste à téléphoner et envoyer des SMS, ce qui ne se trouve plus dans le commerce". Certes, il reconnaît que cette "mode" ressemble parfois à "du snobisme", mais il veut avant tout y voir "un élément de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant