Les minutes de la Fed n'ont pas convaincu Wall Street

le
0

par Ryan Vlastelica

NEW YORK, 21 août (Reuters) - Wall Street a terminé en baisse une séance heurtée mercredi, le compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale n'ayant pas livré d'éléments susceptibles d'éclairer les marchés sur le calendrier du dénouement de son programme d'assouplissement quantitatif (QE3).

Quelques membres du Comité de politique monétaire (Fomc) de la Fed ont jugé, lors de la réunion de fin juillet, qu'il serait peut-être bientôt temps de "ralentir quelque peu" le rythme des rachats obligataires de la banque centrale.

D'autres ont en revanche recommandé de faire preuve de patience quant à décider du calendrier du dénouement du (QE3). (voir ID:nL6N0GM3CT )

Le mot d'ordre est à la prudence depuis quelque temps à Wall Street, les investisseurs s'interrogeant précisément sur le moment où la Fed décidera de ralentir un programme de rachat d'actifs qui n'a pas peu contribué au rally boursier de cette année.

Cette prudence a conduit l'indice S&P-500 a finir dans le rouge sur cinq des six dernières séances. Mais il avait monté mardi, mettant fin à une série de quatre séances baissières d'affilée, tout en subissant le poids d'éléments techniques dans la mesure où il avait terminé en deça de sa moyenne mobile de 50 jours pour la troisième séance d'affilée.

Cette moyenne, proche de 1.658, tend à devenir une barre de résistance technique.

Le compte rendu de la Fed a été l'élément moteur du marché en cette journée dépourvue de statistiques économiques de poids et de résultats de sociétés, la "saison" tirant à sa fin.

L'indice Dow Jones .DJI a perdu 105,44 points (0,7%) à 14.897,55 pointz. Le S&P-500 .SPX laisse 9,55 points (0,58%) à 1.642,80 points. Le Nasdaq Composite .IXIC cède 13,8 points (0,38%) à 3.599,79.

Au plan des indicateurs, les reventes de logements ont bondi de 6,5% en juillet pour atteindre 5,39 millions d'unités en rythme annualisé, leur plus haut niveau depuis trois ans, ce qui laisse entendre que la remontée des taux d'intérêt n'a qu'un impact limité sur la reprise du marché de l'immobilier.

Les analystes interrogés par Reuters anticipaient une hausse de 1,6% à 5,15 millions.

Traders et teneurs de marché attendent des précisions sur un flot d'ordres déclenchés malencontreusement mardi sur le marché des options à la suite d'une erreur technique de Goldman Sachs.

Pour la deuxième journée d'affilée, le secteur de la distribution a retenu l'attention des participants, avec la publication des comptes de Lowe's, de Target et d'autres. L'indice sectoriel S&P SPDR ETF XRT.P a perdu 1,4%.

Lowe's LOW.N , le numéro deux des magasins de bricolage et d'aménagement intérieur aux Etats-Unis, a fait état d'une hausse plus forte qu'attendu de son bénéfice et de son chiffre d'affaires trimestriels grâce à la reprise du marché immobilier et a relevé ses prévisions annuelles. ID:nL6N0GM1Z7

L'action a gagné près de 4% à 45,81 dollars.

Staples SPLS.O au contraire a fait état d'une baisse de ses résultats au titre du deuxième trimestre de l'exercice 2013-2014, le numéro un américain des fournitures de bureau ayant pâti d'une faiblesse des ventes à l'international, notamment en Europe et en Australie. ID:nL6N0GM1FR

L'action a chuté de 15,3% à 14,27 dollars.

Target TGT.N a prévenu que son bénéfice annuel pourrait se situer non loin de ses estimations les plus basses, en raison d'un environnement de consommation prudent.

L'action laisse 3,6% à 65,5 dollars.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant