Les ministres gênés par l'affaire Trierweiler

le
0
La communication gouvernementale a été parasitée par le tweet de la première dame.

Ils ont été nommés il y a un mois tout juste. Et les voilà coincés entre le président de la République et la première dame! Les ministres auraient-ils pu imaginer qu'une crise conjugale éclaterait à l'Élysée cinq jours avant le second tour des législatives? Et qu'il leur faudrait répondre aux questions pressantes des journalistes sur le soutien de Valérie Trierweiler à Olivier Falorni, l'opposant de Ségolène Royal? Cette affaire privée et politique est autrement plus embarrassante que ne l'étaient les positions de la ministre Cécile Duflot sur le cannabis.

Mercredi, à la sortie du Conseil des ministres, la gêne était palpable. Sourires en coin, les hommes du gouvernement ne se sont pas attardés dans la cour de l'Élysée. Ils ont filé jusqu'à leur voiture. Dans un SMS, l'un d'entre eux expliquait non sans humour: «Je ne tweete pas. Je ne lis pas les tweets et je n'ai vraiment pas l'intention de commencer maintenant.» Fermez le ban!

Seul le ministre de l'Écon

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant