Les mines d'uranium plombent les comptes d'Areva

le
0
Le groupe va constituer 2,4 milliars d'euros de provisions pour dépréciation de ses actifs, dont 1,46 milliard au titre d'UraMin.

Tout un symbole. Luc Oursel a décidé de rayer d'un trait de plume la valeur dans les comptes d'Areva des principaux actifs d'UraMin, une société minière acquise en 2007 quelque 2,5 milliards de dollars. Lundi, le groupe nucléaire a en effet confirmé qu'il constituerait 2,4 milliards d'euros de provisions pour dépréciations de ses actifs, dont 1,46 milliard au seul titre d'UraMin, qui avait déjà consommé 460 millions d'euros de provisions en 2010. Ce qui amène sa direction à anticiper une perte opérationnelle de 1,4 à 1,6 milliard d'euros cette année.

Cette décision concernant UraMin est une façon spectaculaire de solder l'ère Lauvergeon. L'acquisition de cette société illustrait en effet pleinement la stratégie de croissance de celle qui fut pendant dix ans présidente du directoire d'Areva, déterminée à consolider le modèle intégré d'Areva en confortant sa position dès le gisement de minerai. Seulement voilà, UraMin n'était pas la bonne cible. Lors

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant