Les militants PS agacés par les frondeurs

le
0
Les militants PS agacés par les frondeurs
Les militants PS agacés par les frondeurs

Les ballons sont colorés, les tables ont un air de fête et un chanteur assure la fin de soirée. Mais il en faudrait plus pour réchauffer le coeur des militants socialistes de Haute-Vienne, bien lourd ce vendredi pour leur traditionnel repas de rentrée. En mars dernier, le PS a perdu Limoges qu'il dirigeait depuis 1912. Et depuis, les ennuis du gouvernement et les mauvais résultats économiques rendent encore un peu plus amers les adhérents. « On est en pleine turbulence, on est tous perdus », souffle Catherine, militante fidèle qui se désole que,  contrairement à l'année dernière, le parking ne soit pas plein.

« La situation est difficile, reconnaît également Simon, du Mouvement des jeunes socialistes (MJS). Mais il ne faut pas baisser les bras, et surtout il faut faire bloc. » « Nous allons faire en sorte de nous rassembler », promet d'ailleurs dans son discours Jean-Christophe Cambadélis, à quatre jours du vote de confiance à l'Assemblée. Ce soir-là, le premier secrétaire du PS, qui débute à Limoges une tournée des fédérations, serre une à une les mains des quelque 600 présents, et, à chaque fois, assure-t-il, il entend les mêmes remarques. « Les militants veulent de l'unité. » Dans les rangs pourtant, les propos de François Rebsamen (ministre du Travail) sur le contrôle renforcé des chômeurs et les sorties sur le travail du dimanche ne passent pas toujours. Tout comme l'impression d'aider sans contreparties les entreprises. « Bien sûr qu'il faut les aider, mais, en retour, elles doivent créer de l'emploi et non pas renforcer leurs dividendes », s'inquiète Daniel.

«Pas toujours facile de défendre le gouvernement»

« Ce n'est pas toujours facile de défendre le gouvernement, mais il faut le faire », concède Maxime, secrétaire de section d'Isle. Si sur le fond, les députés socialistes frondeurs ne sont pas toujours désavoués, sur la forme, c'est autre chose. « Ils peuvent avoir raison ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant