Les milices font la loi en Libye

le
0
Le gouvernement transitoire ne parvient pas à désarmer les thuwars, ces combattants révolutionnaires qui multiplient barrages, contrôles et vexations.

Plus de deux mois après la mort de Kadhafi, censée annoncer l'avènement d'une démocratie apaisée, la Libye est toujours en proie à des accrochages sanglants entre rebelles, ce qui alimente les divisions tribales et régionales. Le gouvernement transitoire, qui pensait y arriver avant la fin 2011, ne parvient pas à désarmer les thuwars (combattants révolutionnaires), l'objectif ultime étant d'intégrer une partie d'entre eux parmi ceux de l'ancien régime qui n'ont pas commis d'actes répréhensibles, dans une armée nationale refondée. Plusieurs centaines de militaires en uniforme et en armes ont manifesté jeudi à Benghazi pour réclamer des arriérés de solde, et pour se faire entendre d'un pouvoir surtout préoccupé par la nécessité de discipliner les thuwars.

Dans la capitale, Tripoli, quadrillée par ses «libérateurs», qui multiplient barrages, contrôles et vexations, un nouvel affrontement a causé la mort d'au moins quatre rebelles en ce début de semaine. Une

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant