Les migrants pourraient affluer en Italie via l'Albanie, craint l'UE

le
0

BRUXELLES, 25 octobre (Reuters) - L'Union européenne craint que les passeurs n'ouvrent un nouvel itinéraire maritime pour les migrants, entre l'Albanie et l'Italie, si les frontières terrestres se ferment dans les Balkans, ont déclaré dimanche des responsables européens à Bruxelles. "Le risque existe que l'itinéraire par l'Albanie et l'Italie ne devienne la prochaine voie suivie cet hiver", a dit à Reuters un haut responsable de l'UE. Le Premier ministre albanais, Edi Rama, participait dimanche à Bruxelles au mini-sommet organisé par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avec autour de lui les dirigeants de plusieurs pays d'Europe centrale et des Balkans particulièrement exposés à l'afflux de migrants. L'Italie, sur les côtes de laquelle arrivent des migrants par milliers en provenance de Libye, n'était pas invitée à ce sommet. Près de 500.000 personnes, pour bon nombre des Syriens et des Irakiens mais aussi des migrants asiatiques, ont atteint la Grèce en provenance de Turquie au cours des dix premiers mois de l'année, selon les chiffres de l'UE. La majeure partie ont continué leur route via la Macédoine, la Serbie et la Croatie, avec pour destination finale des pays du Nord, notamment l'Allemagne. La Hongrie a cependant fermé ses frontières et d'autres Etats de la région ont pris des mesures analogues, tandis que des dizaines de milliers de migrants sont bloqués, dans le froid et l'humidité de l'automne, dans les Balkans. L'itinéraire maritime vers l'Italie, à travers les montagnes de Grèce et d'Albanie, pourrait leur offrir un trajet plus rapide, quoique périlleux. (Francesco Guarascio; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant