Les microalgues : le carburant du futur

le
0
Un jour, nos voitures rouleront aux algues ! C’est le pari des scientifiques de l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) à Sophia Antipolis. Depuis 2006, ils expérimentent la production de biocarburant à partir de microalgues.
Olivier Bernard est l’initiateur et le coordinateur du projet nommé Shamash, le premier en Europe, qui s’appuie sur 7 laboratoires dans toute la France : «Nous cultivons les microalgues dans de grands bassins en plein air ou en système fermé dans des photobioréacteurs. Ces organismes microscopiques oléagineux se développent par photosynthèse et se reproduisent beaucoup plus rapidement que les plantes terrestres». Les microalgues peuvent ainsi accumuler jusqu’à 70% de leur poids sec en huiles, qu’il faudra alors extraire puis transformer en biocarburant.

Par rapport aux agrocarburants (huile de palme, colza…) les microalgues présentent de nombreux avantages: «jusqu’à 30 fois plus productives, elles mobiliseraient moins de surface cultivable. Et contrairement au Colza, par exemple, leur production, hors-sol, ne rentre pas en compétition avec les cultures alimentaires », explique le chercheur. Pas non plus de culture intensive, ni de pollution des nappes phréatiques.
...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant