Les meubles indispensables

le
0
Les meubles indispensables
Les meubles indispensables

Lloris, Sagna, Évra. Ce sont les trois seuls Français à avoir disputé l'intégralité des cinq rencontres de l'Euro. Une coïncidence due à leur poste ? Pas seulement.

Ils sont trois. Trois à avoir passé les 450 minutes disputées par leur équipe sur le pré. Trois à avoir été systématiquement couchés sur la feuille par Didier Deschamps. Comme une évidence. Trois à ne pas avoir été touchés par la rotation. Trois à avoir tenu leur poste contre vents et critiques. Trois indispensables, en clair. Leurs noms ? Hugo Lloris, Bacary Sagna et Patrice Évra. Surprenant, au vu de leur talent naturel moins développé que Dimitri Payet, Antoine Griezmann ou Paul Pogba. Étonnant, au regard des questionnements qui ont longtemps entouré – et entourent encore – leur rendement.


Alors bien sûr, ces trois joueurs doivent en grande partie cette performance à leur poste. On ne s'amuse pas à changer de gardien comme on peut le faire avec un joueur de champ, et les latéraux sont très souvent moins concernés par les remplacements. L'Allemagne en est un autre exemple, Manuel Neuer et Jonas Hector n'ayant eux non plus échappé à aucune seconde jouée par la Nationalmannschaft. Pour Sagna et Évra, on peut aussi évoquer une absence de concurrence (ce qui n'est pas le cas pour Lloris vu la saison passée de Steve Mandanda). Lucas Digne et Christophe Jallet ne représentent pas vraiment des candidats crédibles dans le onze de départ et ont davantage été sélectionnés en raison de leur état d'esprit impeccable pour faire le chiffre que pour venir titiller les titulaires en place.

Des mini-Deschamps


N'empêche que la totale implication temporelle de nos trois gars dans cette équipe de France est à souligner. Car d'autres raisons viennent expliquer ce statut statistique d'indispensable. En fait, il s'avère que Sagna, Évra et Lloris sont à l'image de Deschamps. À savoir des bonhommes pas forcément techniques et séduisants, mais fidèles, dévoués et efficaces. Ce que recherche avant tout le pragmatique sélectionneur. De plus, il s'agit de joueurs réguliers, pratiquement incapables d'une grosse boulette dans les gros rendez-vous. Lloris est sans doute moins spectaculaire que Mandanda, mais moins sujet à des fautes de concentration. Sagna est peut-être plus sobre et moins offensif que Sébastien Corchia ou Djibril…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant