Les métiers de l'environnement : écotoxicologue

le
0
Les métiers de l'environnement : écotoxicologue
Les métiers de l'environnement : écotoxicologue

L’écotoxicologie est la science qui traite de la distribution des «stress» (les polluants, par exemple) dans le monde vivant, et de leurs effets. Pour en savoir un peu plus, nous sommes allés à la rencontre d’Alain Devaux, chercheur à l'INRA (Institut Nationale de la Recherche Agronomique) en écotoxicologie, dans une équipe de recherche du LEHNA (Laboratoire d’Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés) localisée à l’ENTPE (l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat).

Pour être plus précis, le chercheur est éco-génotoxicologue, spécialiste des milieux aquatiques, nom officiel de sa fonction qu’il nous résume ainsi : «J’étudie les impacts des stress d’origine humaine, essentiellement chimiques, sur le génome (l’ADN, et donc l’hérédité) des organismes vivants aquatiques (poissons, amphibiens, crustacés, algues…).» Voilà pour la théorie.

En pratique, l’écotoxicologue essaie notamment de savoir si certains polluants ou produits chimiques peuvent affecter durablement les espèces, animales ou végétales. Et la réponse n’est pas toujours plaisante : «On peut souvent noter des dommages jusque sur l’ADN de certaines espèces. Les polluants rentrent dans les cellules et endommagent leur noyau, parfois au point de dégrader la qualité de la descendance, sa capacité de survie, de croissance ou de reproduction. » Des analyses qui peuvent concerner tous les aspects de l’environnement, et dans certains cas apporter des informations essentielles aux responsables politiques ou économiques.

La journée type

Entre déplacements sur le terrain et analyses en laboratoire, la journée type de l’écotoxicologue est définitivement bien remplie.

« En général, il faut déjà préparer tout le matériel de terrain : véhicules, outils de pêche électrique, instruments de prélèvement, glacière ou bidon d’azote liquide pour la conservation des échantillons… Puis on se rend sur le site ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant