Les mesures prises par Berlin pour contrer AirBnB

le
1

Berlin a récemment adopté de nouvelles règles pour les locations touristiques entre particuliers. La ville veut ainsi freiner l'envolée des loyers des appartements berlinois. Mais pour les plates-formes Internet comme AirBnB et ses concurrents, le coup est rude, car les mesures reviennent à interdire aux habitants de Berlin de louer leur logement. Explications.

L'interdiction des locations entre particuliers à Berlin

En interdisant les locations entre particuliers depuis le 1er mai 2016, la municipalité de Berlin espère remettre près de 12 000 logements sur le marché de la location traditionnelle. Il faut dire que la situation est particulièrement tendue dans la capitale allemande, où des quartiers entiers ont été transformés depuis l'arrivée des plates-formes de location par Internet. Beaucoup d'appartements étant réservés aux touristes, il devient difficile pour les habitants de se loger à Berlin.
Désormais, un logement entier ne peut donc plus être proposé sur le site d'AirBnB ou de ses concurrents. Seules les chambres, dans un appartement ou une maison habités, restent autorisées pour une location entre particuliers. Il est toujours possible pour les propriétaires de demander une autorisation à la municipalité, mais la ville a clairement indiqué que sa priorité est de remettre tous ces logements sur le marché de la location traditionnelle. Une amende allant jusqu'à 100 000 € a, d'ailleurs, été prévue pour les récalcitrants.

Vers la fin d'AirBnB à Berlin ?

Ces mesures prises par la ville de Berlin pourraient porter un coup d'arrêt au développement des sites de location entre particuliers. Selon les premières estimations, près des trois quarts des 16 000 logements mis en location par AirBnB à Berlin ont désormais disparu de la plate-forme.
Il est encore trop tôt pour évaluer l'impact de la nouvelle législation sur le marché des locations classiques, mais les hôteliers se frottent les mains. Alors que les locations meublées aux touristes sont désormais interdites, les chambres d'hôtel redeviennent attractives pour les visiteurs de la capitale allemande.

Trucs & Astuces

Berlin n'est pas la seule ville à vouloir encadrer le développement d'AirBnB. Première ville de la plate-forme avec une offre de 60 000 logements, Paris veille également à ce que les législations en place soient scrupuleusement respectées. Une taxe de séjour est désormais collectée par AirBnB, et les sites Internet doivent également avertir par email les propriétaires qui ne respecteraient pas la limite de 4 mois par an de location dans la capitale. En parallèle, la municipalité parisienne multiplie les contrôles – au nombre de 500 par an – et les condamnations. Plus de 550 000 € d'amende ont ainsi été récupérés par la ville l'année dernière.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fignar il y a 6 mois

    Les touristes utilisant Airbnb n'ont pas des budgets illimités ,l'argent qui sera dépensé en plus pour payer l'hotel ne sera pas dépensé en restaurant ,visites ,shopping ou bien le séjour sera plus court .