Les mesures auxquelles les épargnants ont échappé

le
0
En avril, le rapport Berger-Lefebvre évoquait plusieurs pistes plus pénalisantes pour les épargnants que le projet finalement retenu par le gouvernement.

Cela aurait pu être pire... Les assureurs ont bataillé pied à pied contre les velléités de réforme des socialistes, et le projet finalement retenu par le gouvernement pour l'assurance-vie est beaucoup moins pénalisant que ne laissaient craindre toutes les pistes évoquées ces derniers mois.

En avril dernier, le rapport Berger-Lefebvre, commandé par le gouvernement pour dynamiser l'épargne à long terme, imaginait d'imposer aux Français d'attendre douze ans (contre huit aujourd'hui) pour bénéficier de la fiscalité la plus favorable sur leur placement préféré. Seuls les nouveaux contrats auraient été touchés, mais des mesures transitoires auraient pu être mises en place pour mettre aussi à contribution les anciens. Pas de merci non plus pour les contribuables soumis aux plus hautes tranches du barème (j...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant