Les messageries cryptées dans la ligne de mire des responsables politiques

le
0
Le ministre de l'intérieur français Bernard cazeneuve  et son homologue allemand Thomas de Maiziere lors de leur conférence de presse conjointe à Paris le 23 août 2016.
Le ministre de l'intérieur français Bernard cazeneuve  et son homologue allemand Thomas de Maiziere lors de leur conférence de presse conjointe à Paris le 23 août 2016.

Paris et Berlin veulent que l’Europe légifère et oblige les messageries telles que Telegram, prisées des djihadistes, à déchiffrer des conversations numériques dans le cadre d’enquêtes judiciaires.

Après un été marqué par plusieurs attentats et la persistance d’une menace terroriste élevée, Bernard Cazeneuve a choisi de faire sa rentrée politique sur le thème de la lutte contre l’utilisation des messageries cryptées par les réseaux djihadistes. Lors d’une conférence de presse menée conjointement avec son homologue allemand Thomas de Maizière, mardi 23 août, le ministre de l’intérieur a réaffirmé son souhait de parvenir à contourner le chiffrement des conversations numériques que permettent des applications de messagerie instantanée sécurisée, telle que Telegram et dont l’utilisation est apparue dans plusieurs enquêtes, notamment celles liée à l’assassinat du père Jacques Hamel le 26 juillet et de deux policiers à Magnanville (Yvelines), le– juin.

Impasse totale Le contenu des échanges hébergés par ce genre d’application est illisible pour les enquêteurs, sauf – a posteriori – en exploitant du matériel informatique saisi. En amont d’un passage à l’acte, à moins de bénéficier de sources infiltrées dans le milieu djihadiste ou de réussir à contourner le chiffrement, l’impasse est totale.

« Les échanges de plus en plus systématiques opérés via certaines applications, telles que Telegram, doivent pouvoir, dans le cadre des procédures judiciaires, être identifiés » a revendiqué M. Cazeneuve qui va donc, avec M. de Maizière, proposer « que la commission européenne étudie la possibilité d’un acte législatif ». Cette loi aurait pour objectif « d’imposer des obligations à des...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant