Les mères allemandes ont le baby blues

le
0
Culpabilisées par leur charge de travail, nombre d'entre elles renoncent à avoir des enfants.

Correspondant à Berlin

Un dangereux syndrome, celui du baby blues, menace l'insolente hégémonie allemande en Europe. Les incitations du gouvernement pour tenter de doper la natalité n'y changent rien. Les Allemands sont de moins en moins nombreux à vouloir des enfants. Une étude de l'Institut fédéral de recherche démographique vient d'en établir la cause principale: les Allemandes craignent d'être perçues comme de mauvaises mères par la société. Dans le doute, elles préfèrent renoncer à un enfant, plutôt qu'à leur travail.

Première économie européenne, l'Allemagne affiche des indicateurs à faire pâlir d'envie tous ses voisins malgré la crise... sauf dans le domaine de la nata­lité, où elle fait figure de cancre en se classant parmi les dix derniers pays européens, avec un taux de 1,36 (contre 2,01 en France). Depuis les années 1960, il est en ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant