Les menaces s'intensifient, la BCE pourrait abaisser ses taux

le
1

par Jonathan Cable

(Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) va abaisser ses taux d'intérêt au cours des prochains mois alors que les menaces sur l'économie de la zone euro s'intensifient, estiment une majorité d'économistes interrogés après la décision de politique monétaire annoncée jeudi.

La BCE a estimé que les menaces se sont intensifiées pour l'économie de la zone euro et a annoncé qu'elle fournirait aux banques de la liquidité à long terme pour éviter un nouvel assèchement (credit crunch).

Ses taux directeurs ont été maintenus, on taux de refinancement restant donc à 1,5%, comme s'y attendaient les marchés le plus souvent - au terme de la dernière réunion de son président Jean-Claude Trichet, qui transmettra le flambeau à son successeur Mario Draghi à la fin du mois.

Selon l'enquête de Reuters, la chance médiane que le prochain mouvement de la BCE sur ses taux soit un abaissement est de 78%, contre 70% la semaine dernière.

Pour huit des 50 experts sollicités, cet abaissement pourrait se produire dès le mois prochain. Une majorité pense qu'il interviendra en décembre.

"Les perspectives économiques restent soumises à une incertitude particulièrement élevée et à des risques à la baisse intensifiés", a dit Jean-Claude Trichet lors de sa traditionnelle conférence de presse, qui se tenait cette fois-ci à Berlin.

Son diagnostic est plus sombre que le mois dernier, lorsqu'il s'était limité à déceler des risques à la baisse, et les investisseurs pourraient bien en déduire qu'une baisse des taux se prépare.

Le consensus des économistes prédit un abaissement de 25 points de base en novembre ou en décembre avec un autre qui suivrait au premier trimestre 2012, ramenant les taux à 1,0%. Ils devraient ensuite rester à ce niveau jusqu'en 2013.

"Il est probable à présent que la BCE prépare une baisse des taux dans les quatre mois à venir, d'ici mars au plus tard", a commenté Holger Schmieding, économiste chez Berenberg Bank.

Afin de dégripper un marché interbancaire qui semble de plus en plus refléter la frilosité des banques, la BCE a relancé ses appels d'offres à un an et un peu plus, l'un ayant lieu ce mois-ci et l'autre en décembre.

"Le Conseil des gouverneurs a décidé de mener deux opérations de refinancement à plus long terme, l'une d'une maturité de 12 mois approximativement en octobre et l'autre d'une maturité de 13 mois approximativement en décembre; ces opérations seront menées suivant les procédures standard du taux fixe avec allocation illimitée", a expliqué Jean-Claude Trichet.

Les appels d'offres à un an ont été instaurés en juin 2009 et la première opération de ce titre a suscité une allocation sans précédent de 442 milliards d'euros.

Pour 31 économistes sur 41 toutefois, cette éventail de mesures est insuffisant pour apaiser les marchés.

Nicolas Delame pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • panice le jeudi 6 oct 2011 à 22:20

    ben voyons , la complainte de l'argent pas cher , on a vu ou nous a mené les QE , vite faisont la meme chose