Les menaces s'accumulent contre la France au Liban

le
0
Les factions prosyriennes pourraient «punir» Paris de sa position en pointe contre la répression menée par Damas.

Discrétion oblige, les diplomates français à Beyrouth ont retiré les plaques spéciales de leurs véhicules. Ils ne sont pas les seuls - Britanniques et Américains en ont fait autant. Mais «nous sommes clairement en tête de la liste des cibles qui pourraient être visées», affirme l'un de ces diplomates.

La position en flèche de Paris dans la crise syrienne expose les Français à des actes de représailles de la part des nombreux alliés dont Damas dispose encore chez son voisin (Hezbollah, Parti national social syrien, radicaux palestiniens).

Des consignes de sécurité très strictes ont été données aux ressortissants français du Liban. «Je n'utilise plus que des véhicules de location pour mes déplacements», indique un homme d'affaires. La principale de ces mesures de précaution concerne l'interdiction de se rendre dans la région de Baalbek, frontalière de la Syrie, classée en zone rouge par le Quai d'Orsay. «Nous y redoutons de nouveaux enlèvements», recon

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant