Les "mégadonnées", nouvel outil contre les maladies comme Ebola

le
0
Les "mégadonnées", nouvel outil contre les maladies comme Ebola
Les "mégadonnées", nouvel outil contre les maladies comme Ebola

Neuf jours avant que la propagation d'Ebola soit officiellement déclarée comme étant une épidémie, un groupe de chercheurs et de spécialistes informatiques à Boston avait déjà remarqué la diffusion du virus de la fièvre hémorragique en Guinée.En épluchant les réseaux sociaux, les bulletins d'information locaux et d'autres bases de données, l'algorithme développé par la société HealthMap (littéralement "carte de la santé") a rapidement détecté la propagation du virus en Afrique de l'Ouest."Les agences officielles ont tendance à être plus prudentes avant de faire des annonces, donc la communication auprès du public est parfois défaillante", note Clark Freifeld, co-fondateur de HealthMap en 2006 au Boston Children Hospital."Nous considérons que c'est notre rôle de trouver ce type d'informations rapidement même si elles ne sont pas toujours validées par des annonces officielles", ajoute-t-il.Il est impossible de savoir si une détection plus précoce de l'épidémie aurait permis un meilleur contrôle de sa propagation, mais beaucoup de scientifiques estiment que l'approche par le biais de "mégadonnées" pourrait être utile pour résorber l'épidémie.Si c'est le cas, les mégadonnées, qui permettent aux annonceurs publicitaires de cibler tel ou tel public, pourraient permettre de combattre des maladies contagieuses comme Ebola."Je pense que les mégadonnées ont un potentiel important pour aider à combattre non seulement Ebola, mais d'autres épidémies éventuelles", estime Marisa Eisenberg, épidémiologiste à l'Université du Michigan, qui a utilisé des modèles de données pour étudier d'autres épidémies, comme celle du choléra en Haïti.- 'Personne ne les écoute' -Mme Eisenberg affirme qu'il est possible de recueillir des informations fiables en analysant les messages sur Twitter, les données des compagnies aériennes, les appels d'urgence et d'autres données de santé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant