Les meetings en plein air sous surveillance

le
0
A Paris et Marseille, les équipes de Nicolas Sarkozy, François Hollande et Jean-Luc Mélenchon se sont organisées avec les préfectures pour assurer la sécurité dans ces rassemblements, qui peuvent être plus dangereux qu'un meeting en salle.

Jean-Luc Mélenchon samedi sur les plages du Prado, à Marseille, Nicolas Sarkozy à la Concorde et François Hollande à Vincennes dimanche… Les meetings en plein air ont la cote en cette fin de campagne. Pour les candidats, ces rassemblements sont avant tout des démonstrations de force: il convient de rassembler un maximum de partisans pour afficher sa popularité. A Marseille, le Front de gauche attend 40.000 personnes et à Paris, l'UMP et le PS tablent sur plusieurs dizaines de milliers de militants.

Une prestation en plein air peut se révéler plus dangereuse qu'un meeting en salle: les entrées ne peuvent pas être filtrées, le risque de mouvement de foule est omniprésent et les sociétés de sécurité privées qui sont souvent employées par les salles ne sont pas présentes. Des conditions particulières qui peuvent impressionner le candidat: Jean-Luc Mélenchon confie ainsi avoir élagué son discours du 18 mars, place de la Bastille, par crainte d'un incident.

650 CRS mo...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant