Les médias syriens assurent que de nombreux civils quittent Alep

le
0
    BEYROUTH, 30 juillet (Reuters) - Près de 200 civils, femmes 
et enfants pour la plupart, ont quitté les quartiers assiégés de 
l'est d'Alep en empruntant un couloir protégé que le régime 
syrien et son allié russe ont mis en place pour évacuer la 
population, rapportent samedi les médias officiels syriens. 
    La télévision publique a diffusé des images montrant de 
nombreuses femmes rassemblées dans un quartier de la ville sous 
contrôle gouvernemental, se plaignant des conditions de vie 
endurées dans les quartiers rebelles et vantant l'action du 
président Bachar al Assad.  
    Selon l'agence de presse officielle Sana, 169 civils, dont 
une majorité de femmes âgées de plus de 40 ans, sont arrivés au 
checkpoint de Salah al Dine. Un certain nombre de rebelles se 
sont également rendus, a-t-elle ajouté.  
    Il n'a pas été possible de voir des images montrant des 
habitants d'Alep franchissant cette zone protégée ni de vérifier 
ces informations directement.  
    Le gouvernement syrien et son allié russe ont proclamé jeudi 
le lancement d'une opération humanitaire à destination des 
quartiers assiégés de la ville et largué des tracts en appelant 
les habitants à se rendre et les civils à évacuer la zone. 
    Les Nations unies ont fait part de leurs doutes sur la 
sincérité de l'opération et les Etats-Unis ont laissé entendre 
que Damas et Moscou cherchaient ainsi à vider la ville de ses 
occupants afin que l'armée puisse s'en emparer.  
    L'opposition syrienne a estimé qu'il s'agissait d'un 
euphémisme masquant un déplacement forcé de population, ce qui 
serait un crime de guerre.  
    On estime à 250.000 le nombre de civils pris au piège dans 
les quartiers d'Alep tenus par la rébellion, encerclés depuis 
que les forces loyalistes ont coupé leur dernière route de 
ravitaillement au début du mois.  
    Face aux pénuries, de nombreux civils aimeraient quitter la 
ville mais se méfient d'une opération d'évacuation effectuée 
sans le contrôle de l'Onu ou d'une ONG.  
 
 (Suleiman al Khalidi; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant