Les médias officiels russes contraints d'ouvrir les yeux sur la contestation

le
0
Après un black-out imposé par le pouvoir, les trois principales chaînes publiques ont finalement obtenu le feu vert du Kremlin pour diffuser des sujets sur les manifestations de samedi.

Il aura fallu que des dizaines de milliers de personnes descendent dans la rue pour que cesse le black-out imposé par la télévision d'État sur les manifestations. Les trois principales chaînes publiques (NTV, Pervy Kanal et Rossiya 1), qui avaient totalement passé sous silence les premiers rassemblements, ainsi que les arrestations d'opposants en début de semaine dernière, ont diffusé à partir de samedi soir des sujets sur les événements de la place des Marécages.

La chaîne NTV, contrôlée par la compagnie Gazprom, a diffusé, cette fois, un long reportage exposant la principale revendication des manifestants: l'annulation des élections. Le reporter expliquait que le rassemblement moscovite s'apparentait plus à un «mouvement de protestation civile qu'à un mouvement politique». La chaîne s'est même payé le luxe de filmer un policier rigolard qui tendait le poing en signe de soutien aux manifestants.

Également contrôlée par l'État, la chaîne Pervyy Kanal donnait

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant