Les médecins du Samu devront-ils bientôt seconder les pilotes d'hélico ?

le
1
Les médecins du Samu devront-ils bientôt seconder les pilotes d'hélico ?
Les médecins du Samu devront-ils bientôt seconder les pilotes d'hélico ?

Une réglementation européenne pourrait bientôt contraindre les médecins du Samu français à seconder les pilotes d'hélicoptère dans certaines man½uvres. A compter du 28 octobre, un «membre d'équipage technique» sera obligatoire, en plus du pilote, lors de certaines missions héliportées. Or cet assistant technique ne sera «pas nécessairement» un employé de l'entreprise de transport, précise l'Aviation civile. La tâche pourra donc incomber à un membre de l'équipe médicale, infirmier ou médecin. De quoi faire grincer des dents dans un secteur déjà sous pression. Urgentistes et soignants pointent la nécessité d'une véritable formation et de limites claires aux compétences de chacun.

Une mini-grève mercredi

Le SNPNAC, un des principaux syndicats des pilotes, juge ce mardi «inacceptable» de confier cette tâche à des personnels dont ce n'est pas le «métier principal» et appelle à une grève d'une heure mercredi. La réglementation des programmes de formation des équipages techniques édicte qu'ils doivent «a minima» surveiller le ciel, pour éviter une collision, et effectuer un contrôle visuel au décollage et à l'atterrissage. Les missions de secours concernées représentent le tiers des 20 000 à 25 000 interventions annuelles du Samu héliporté.

Recourir au personnel médical déjà à bord est l'option jugée la plus probable par les professionnels interrogés parce qu'elle sera la moins coûteuse pour les contribuables : «Vu les budgets et les restrictions actuelles», Nicolas Letellier, président de l'Association française des médecins utilisateurs d'hélicoptères sanitaires hospitaliers, n'est pas opposé à ce que les médecins aident les pilotes. Selon lui, ils les assistent déjà souvent. «On est tout à fait prêts à continuer. Mais s'il s'agissait de faire autre chose qu'aider à «voir et éviter», là, ce n'est plus du tout dans notre champ de compétence», prévient-il.

Des «flous» à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marcsim5 le mardi 15 juil 2014 à 13:50

    surveiller le ciel tout en essayant de réanimer un patient en arrêt cardiaque.....ça peut mal finir.