Les matières premières touchées par la maladie Ebola

le
0

La maladie Ebola touche actuellement l'Afrique de l'Ouest, en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. Cela modifie les importations et les mouvements, sur le marché des matières premières.

Les régions touchées

Depuis maintenant plusieurs semaines, la maladie Ebola effraie la planète entière. Mais pour l'heure, l'épidémie reste localisée en Afrique de l'Ouest et plus principalement dans trois pays : le Liberia, la Guinée et la Sierra Leone. Cette zone est déjà touchée économiquement, puisque les achats massifs font monter les prix et la main d'œuvre connaît des perturbations en raison des restrictions de mobilité. Cela a donc aussi des conséquences sur la production et récolte des matières premières.

Les matières premières concernées

Les mouvements de personnels et de marchandises sont rigoureusement surveillés, pour éviter la propagation de la maladie. De ce fait, les matières premières ne peuvent circuler normalement. Le caoutchouc produit au Liberia ne peut être acheminé en Côte d'Ivoire. Le cuivre et le cobalt extraits en République démocratique du Congo ne peuvent pas non plus dépasser les frontières de l'Afrique du Sud et du Botswana. Les entreprises sont également vigilantes. Arcelor Mittal, Rio Tinto ou Vale, spécialisées dans le marché minier, rapatrient leurs salariés présents dans les pays touchés par Ebola.

Un faible impact mondial

L'Afrique de l'Ouest assure moins de 3% des productions mondiales de café, coton, cacao, huile de palme et caoutchouc, le marché de ces matières premières n'est donc pas menacé. En revanche, la Guinée produit plus de 7% de l'offre de bauxite et cuivre, ainsi que d'importants volumes de fer et or.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant