Les marges de l'alimentaire passées au peigne fin

le
0
L'observatoire des prix a remis son deuxième rapport au ministre de l'Agriculture.

C'est un tableau contrasté des rayons alimentaires de nos supermarchés que dresse l'économiste Philippe Chalmin. En pleine crise économique, alors que les distributeurs s'érigent en défenseurs du pouvoir d'achat des Français, et dans un contexte d'extrême volatilité des matières premières, la deuxième édition du rapport de l'Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires était particulièrement attendue.

À ceux qui sont convaincus que les distributeurs «s'en mettent plein les poches», Philippe Chalmin a souhaité montrer que la réalité était plus complexe. «La situation de la grande distribution est différente d'un rayon à l'autre», constate l'économiste, qui a remis mardi une somme de 411 pages au ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll. Les marges nettes des enseignes s'étalent de 5,9 % à... - 1,9 %. Les magasins perdent ainsi de l'a...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant