Les marchés sur pause avant l'emploi américain

le
0

(AOF) - Les marchés actions européens ont clôturé en repli après un mois d'août très calme. Le CAC 40, en hausse l'essentiel de la séance, a finalement abandonné 0,43% à 4 438,22 points. Sur un mois, la Bourse de Paris affiche un gain de 0,66%. L'Euro Stoxx 50 achève lui la journée sur une perte de 0,03% à 3 029,81 points. Sur un mois, la hausse est plus significative (+2,09%) en raison de la performance des valeurs allemandes (+2,7% pour le Dax en août).

A Wall Street, aussi, la prudence est de mise comme en témoigne le repli de 0,32% du Dow Jones à l'approche de la mi-séance (-0,07% depuis la clôture du 31 juillet).

De part et d'autre de l'Atlantique, les investisseurs attendent la publication des chiffres de l'emploi en août aux Etats-Unis. Ces statistiques sont en effet observées de près par la Fed pour fixer le cap de sa politique monétaire. Une bonne nouvelle devrait donc conforter l'hypothèse centrale d'un relèvement des taux d'intérêt en décembre prochain.

Alors que chacun tente d'anticiper la date du prochain tour de vis de la Fed, l'annonce par le cabinet ADP d'une baisse légèrement inférieure aux attentes des créations d'emplois dans le secteur privé en août (177 000 après 194 000 et un consensus de 175 000) n'a pas permis aux investisseurs d'affiner leurs anticipations.

A Paris, les valeurs financières ont poursuivi leur progression. Axa a terminé en tête du CAC 40 grâce à un gain de 2,65%, devant Crédit Agricole (+2,38%) et Société Générale (+1,43%).

Dans le secteur industriel, Airbus (+1,65%) s'est distingué, soutenu par l'annonce d'une livraison d'avions record en août et la commande par une société de location singapourienne de 5 Airbus A321.

Les télécoms ont également été à l'honneur après les résultats plus solides que prévu de Bouygues (+1,08%) et d'Iliad (+4,14%).

A l'autre bout du palmarès, LVMH (-1,97%) a prolongé son repli entamé lundi, pénalisé par le regain de crainte concernant l'impact d'un environnement difficile (chute du tourisme en Europe, affaiblissement de la demande à Hong Kong, récessions russe et brésilienne) sur le secteur du luxe.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant