Les marchés restent inquiets quant à la santé financière de PSA

le
3
LA SANTÉ FINANCIÈRE DE PSA INQUIÈTE LES MARCHÉS
LA SANTÉ FINANCIÈRE DE PSA INQUIÈTE LES MARCHÉS

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citröen chute à nouveau lundi à la Bourse de Paris, les investisseurs s'inquiétant de la situation financière du groupe et doutant de la mise en place du plan de restructuration annoncé la semaine dernière face aux critiques des pouvoirs publics.

A 16h51, le titre Peugeot plongeait de 5,88% à 6,10 euros, plus forte baisse du CAC 40, après avoir déjà dégringolé de 7,65% vendredi au lendemain de l'annonce d'un plan d'économies drastique prévoyant 8.000 suppressions d'emplois. Dans le même temps, le CAC 40 cédait 0,23%.

"Etant donné la sévérité du plan, le marché estime qu'il y a eu dissimulation de la vérité sur l'état de Peugeot. Les investisseurs s'inquiètent autant que le gouvernement de la gravité du problème", commente un vendeur actions à Paris.

"Tant que l'on ne connaîtra pas le plan du gouvernement sur l'automobile, attendu à la fin du mois, la situation risque d'être tendue", ajoute-t-il.

Samedi, le président François Hollande a déclaré que Peugeot devait renégocier son plan de restructuration pour limiter les suppressions d'emplois prévues et a accusé le constructeur d'avoir commis des erreurs stratégiques.

Le chef de l'Etat a aussi indiqué qu'un plan d'aide à la filière automobile serait annoncé le 25 juillet.

Signe des craintes entourant la santé financière de Peugeot, les contrats de dérivés de crédit (credit default swap, CDS) qui visent à protéger les investisseurs contre le risque de faillite de l'entreprise, ont grimpé de 78 points de base, à des niveaux record, selon des données Markit.

"Le niveau des CDS de Peugeot est supérieur de 55% à ceux de Renault" (soit 817 contre 527), a observé un trader basé à Paris.

Vendredi, Moody's a réagi aux annonces du constructeur en plaçant les notes de PSA sous surveillance en vue d'une possible dégradation, tandis que Standard & Poor's et Fitch n'ont pas, à ce jour, modifié les leurs.

Blandine Hénault, avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Pascale Denis

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9872175 le lundi 16 juil 2012 à 18:04

    Chacun veut faire l'Europe mais sans les désavantages donc on est pas prêt d'y arriver...

  • M4679757 le lundi 16 juil 2012 à 18:02

    Tandis que Peugeot licencie et envisage de fermer Aulnay, Daimler investi en Allemagne pour augmenter sa production.Sans commentaire.

  • M1631722 le lundi 16 juil 2012 à 17:48

    Tout cela ne risque pas de faire repartir les ventes de Peugeot .....Car qui voudra dépenser quelques milliers d' Euros pour acheter une Peugeot sans être sûr que la boite survivra pour assurer la garantie et les pièces de rechanges .....Les ventes vont s' effondrer .....