Les marchés profitent de l'optimisme du consommateur américain

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Le regain d'optimisme des consommateurs américains a rejailli mardi sur Wall Street et sur les Bourses européennes, qui ont terminé en hausse malgré la persistance des inquiétudes pour la croissance économique mondiale et des interrogations entourant l'Espagne.

À Paris, le CAC 40 est repassé au-dessus des 3.500 points, en hausse de 0,47% à 3.513,81 points. Le Footsie britannique a pris 0,36% et le Dax allemand un modeste 0,16%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a progressé de 0,36%.

Wall Street évoluait également dans le vert à 15h50 GMT, le Dow Jones gagnant 0,30%.

La confiance du consommateur aux Etats-Unis a bondi en septembre pour atteindre un plus haut de sept mois, les Américains se montrant plus optimistes pour le marché de l'emploi et pour leurs revenus, montre l'enquête mensuelle du Conference Board.

Cet indicateur a quelque peu réconforté les investisseurs, déjà un peu rassurés par la hausse du prix des maisons individuelles aux Etats-Unis pour le sixième mois d'affilée, un signe encourageant pour le marché de l'immobilier même si cette progression de l'indice Case-Shiller a été moins forte qu'attendu.

Les acteurs des marchés ont également trouvé des raisons d'espérer dans une déclaration d'un responsable de la Réserve fédérale évoquant la possibilité que celle-ci adopte des mesures supplémentaires pour soutenir l'économie et lutter contre le chômage, notamment en poursuivant son assouplissement quantitatif (QE3) en 2013.

Si l'horizon s'éclaircit un peu aux Etats-Unis, il reste flou en Europe: aux incertitudes entourant l'Espagne et la Grèce s'est ajoutée mardi celle pesant sur le programme de rachat d'obligations souveraines de la Banque centrale européenne (BCE), dont la Bundesbank étudierait la légalité, selon le journal allemand Bild, afin d'être "légalement armée" en cas de recours devant la Cour européenne de justice.

Aux valeurs, les automobiles ont signé l'une des rares baisses sectorielles (-1,34%), plombées notamment par Continental (-4,01%), après la cession de 10,4% de son capital par l'équipementier automobile allemand Schaeffler, et Peugeot (-2,81%), malgré le rejet d'un recours syndical contre le plan social de PSA. et

Volkswagen a également cédé 1,71% après avoir fait état d'un environnement économique "sensiblement plus difficile".

BAE Systems a aussi reculé de 1,94%, au contraire d'EADS (+0,78%) après des informations selon lesquelles les deux sociétés discuteraient d'un nouveau ratio d'échange d'actions dans le cadre de leur projet de fusion.

Sur le marché des changes, l'euro est reparti à la hausse, à 1,2960 dollar, le billet vert ayant en revanche effacé ses pertes par rapport au yen japonais après la hausse de la confiance du consommateur américain.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant