Les marchés ne parviennent pas à rebondir

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont prolongé leur mouvement de baisse, affaiblis par l’ouverture timide de Wall Street et le repli des cours du pétrole. Le CAC 40 a terminé en recul de 0,54% à 4 293,27 points et l’Eurostoxx 50 a perdu 0,72% à 2 935,46 points. Aux Etats-Unis aussi, les indices actions sont dans le rouge : le Dow Jones se replie de 0,25% à 17h30.

La tendance de ce côté de l'Atlantique s'est largement dessinée aujourd'hui au gré des évolutions de Wall Street. Ainsi, dans le sillage de la chute des marchés américains hier en raison de résultats d'entreprises décevants, les places européennes ont ouvert dans le rouge. Par la suite, la perspective d'un rebond de Wall Street, alimenté en fin de matinée par la hausse des cours du pétrole, a permis aux indices d'accélérer leur progression.

Mais cette belle mécanique s'est grippée lorsque le cours du pétrole est reparti à la baisse dans le courant de l'après-midi. Les opérateurs ont visiblement préféré prendre leurs bénéfices lorsque le cours du baril a retrouvé son niveau de novembre dernier à plus de 46,8 dollars, à la faveur d'un rapport de l'Agence internationale de l'énergie confirmant que le rééquilibrage du marché est en cours. En fin de journée, le baril perdait 1,04% à 45,75 dollars. 

Les premières heures de cotation à Wall Street ont également été pénalisées par l'annonce d'une hausse surprise des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis. 294 000 inscriptions y ont été comptabilisées à l'issue de la semaine close le 7 mai alors que les économistes en attendaient 270 000, après 274 000 la semaine précédente. Cette mauvaise statistique intervient à la veille de la publication des ventes au détail d'avril. Or, ce chiffre est souvent très regardé car révélateur de la solidité de la consommation, moteur de la croissance américaine.

Du côté des valeurs, le secteur bancaire parisien a été malmené suite aux résultats inférieurs aux attentes de Crédit Agricole. Ces derniers ont été pénalisés par les mesures prises par le groupe pour simplifier son organisation. Le titre de la banque verte a signé la plus forte baisse (-4,91%) du CAC 40, entrainant BNP Paribas (-1,53%) et Société Générale (-0,92%).

En revanche, Lagardère (+5,19%) et Vivendi (+2,7%) ont résisté à la baisse après la publication de résultats plus solides que prévu pour les trois premiers mois de l'exercice.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant