Les marchés interdisent à la Fed de relever ses taux

le , mis à jour le
5

Les chutes répétées des indices boursiers au cours des dernières séances rendent quasi-impossible toute nouvelle hausse des taux directeurs américains mercredi 15 juin.
Les chutes répétées des indices boursiers au cours des dernières séances rendent quasi-impossible toute nouvelle hausse des taux directeurs américains mercredi 15 juin.

Les dix membres du FOMC en charge de la politique monétaire de la Fed se réunissent ce mercredi 15 juin pour discuter d’une éventuelle remontée des taux directeurs américains. Mais le stress qui s’est observé sur les marchés depuis le 10 juin interdit à la Fed toute action de ce type.

Plus aucun suspense n’entoure la réunion de la Fed de ce mercredi 15 juin : aucune hausse des taux ne pourra être annoncée à son issue (ce soir 20h) et Janet Yellen, présidente de la banque centrale américaine, gardera probablement un ton prudent qui n’indiquera rien de nouveau aux investisseurs en conférence de presse.

Le but : ne surtout pas brusquer les marchés qui connaissent un nouvel accès de fièvre depuis plusieurs séances, malgré un rebond technique observé mercredi matin. On savait que l’approche du vote sur le Brexit serait un sujet de stress pour les marchés, mais force est de reconnaître que la réaction des investisseurs a été particulièrement radicale au cours des derniers jours.

Enchaînant revers sur revers, les marchés ont dégringolé pendant trois séances consécutives au gré des sondages plus ou moins crédibles donnant une avance aux eurosceptiques face aux pro-européens dans les intentions de vote pour le référendum qui aura lieu jeudi 23 juin.

Une hausse des taux de la Fed dans ces conditions ne ferait qu’amplifier le malaise des investisseurs et pourrait déboucher sur un sell off que la Fed veut éviter à tout prix.

À cela s’ajoutent surtout les derniers chiffres de l’emploi américain du mois de mai, publiés vendredi 3 juin et jugés mauvais. Pour rappel, le chômage a continué de refluer au cours du mois dernier et ne concerne plus que 4,7% de la population active, le chiffre traduit surtout une augmentation du nombre de personnes ayant abandonné leur recherche d'emploi, faute d'en trouver. En effet, les statistiques américaines ne comptabilisent que les chômeurs en recherche active.

L’économie américaine a créé beaucoup moins d’emplois que prévu le mois dernier, avec un solde de 38.000 nouveaux emplois créés dans le secteur non agricole en mai, contre une attente moyenne du consensus des analystes située à 164.000 nouveaux postes.

En somme, tout incite la Fed à se montrer encore patiente avant de décider d’une nouvelle hausse de ses taux directeurs.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.doury il y a 7 mois

    le principe d'une bulle est de créer de la valeur sans fondamentaux. la FED créée de la valeur sans fondamentaux depuis 2009.

  • j.doury il y a 7 mois

    le dow et sp 500 au top mais c'est dangereux .....la bulle est prête à exploser de très haut

  • M2286010 il y a 7 mois

    Encore -4% / -5% et je termine mes rachats de ce que j'avais vendu en Avril / Mai !

  • angel001 il y a 7 mois

    FED = hollande : immobilisme en action

  • roger.he il y a 7 mois

    mince c est pas de bol encore un truc de pas prévu! c est balo