Les marchés grecs baissent, la BCE pourrait durcir le ton

le
1
LES MARCHÉS GRECS EN RECUL
LES MARCHÉS GRECS EN RECUL

LONDRES (Reuters) - Les valeurs bancaires grecques sont en net repli mardi à Athènes et les rendements des obligations d'Etat remontent après des informations selon lesquelles la Banque centrale européenne (BCE) envisage de durcir ses exigences de garanties pour la fourniture de liquidités aux banques helléniques.

L'indice local du secteur perd 7,1% à 9h02 GMT, pesant sur l'indice général de la Bourse d'Athènes, en recul de 3,08%.

Le rendement des obligations d'Etat grecques à 10 ans affiche une hausse de 20 points de base à 13,56% et celui des titres à deux ans se rapproche de la barre des 30%.

L'agence Bloomberg a rapporté que les services de la BCE avaient rédigé une proposition visant à accroître la décote appliquée aux titres que les banques grecques apportent en collatéral pour les opérations de fourniture de liquidité d'urgence.

Une telle mesure reviendrait à réduire la valeur effective des titres que les banques peuvent apporter en garantie, donc les liquidités auxquelles elles ont accès dans le cadre de la procédure de fourniture de liquidité d'urgence (ELA) de la BCE.

Bloomberg précise que la mesure n'a pas encore été formellement débattue par le Conseil des gouverneurs de la banque centrale.

La BCE s'est refusée à tout commentaire.

"Les informations de ce matin suggèrent que la BCE cherche à réduire son ELA pour les banques grecques, une décision qui ne ferait qu'empirer la situation déjà difficile des institutions financières grecques", commente Connor Campbell, analyste de Spreadex.

Les inquiétudes liées à la Grèce pèsent aussi sur l'euro, qui abandonne 0,5% face au dollar à 1,0680. La monnaie unique cède également du terrain contre le yen et le franc suisse, face auquel il se rapproche de son plus bas de près de trois mois.

(John Geddie, Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le mardi 21 avr 2015 à 13:42

    Qu'on en finisse avec la Grèce, c'est un panier percé, un puits sans fond.

Partenaires Taux