Les marchés frontières ont le vent en poupe

le
0

(NEWSManagers.com) -

Alors que les marchés émergents traversent quelques turbulences, la collecte des fonds dédiés aux marchés frontières est en train de monter en puissance. La faible corrélation aux marchés développés et émergents est l'une des raisons expliquant l'intérêt suscité par les marchés frontières qui souffrent cependant d'un déficit de liquidité qui freine les ardeurs des gestionnaires d'actifs, souligne cerulli dans le numéro d'octobre de " The Cerulli Edge-Global Edition"

Les actifs sous gestion des fonds frontières restent modestes : pour la plupart d'entre eux, il s'agit bien entendu plutôt de millions que de milliards. Mais la collecte est orientée à la hausse et les créations de fonds dédiés se multiplient. " Les investisseurs insittutionnels globaux sont de plus en plus enclins à consacrer une petite proportion de leur allocation émergente aux marchés frontières, probablement pas plus de 1% à 3%, mais cela représente un accroissement considérable par rapport à la situation d'il y a cinq ou même trois ans" , estime Barbara Wall, director chez Cerulli Associates. " Les marchés frontières ne sont plus rejetés d'emblée" .

Toutefois, l'intérêt pour les marchés frontières est loin d'être universel. Leurs défenseurs les plus enthousiastes sont les investisseurs haut de gamme. Ces investisseurs, qui ont réussi à traverser les turbulences de la crise, semblent prêts à explorer de nouvelles voies d'investissement.

" Les flux semblent se diriger en premier lieu vers des marchés offrant de meilleures infrastructures et une meilleure liquidité, ensuite vers ceux qui offrent de faibles corrélations avec les autres classes d'actifs" , relève Yoon Ng, associate director chez Cerulli. " En Asie, cela signifie le Sri Lanka et le Pakistan, tandis que l'Argentine est le champion pour l'Amérique latine. En Afrique, les investisseurs mettent en exergue les opportunités au Ghana, en Tanznie et au Kenya. Et, en Europe, il y a un embryon d'activité en gestation dans des petits Etats tels que la Macédoine, la Bosnie, le Belarus et l'Arménie" .

Les fonds long only gérés activement dominent le paysage mais ils sont désormais confrontés à une concurrence croissance des ETF dont les actifs sous gestion ont progressé de plus de 50% depuis le début de l'année.

Le problème de la liquidité est bien réel et les corrélations entre marchés frontières et d'autres classes d'actifs sont en train d'augmenter, mais Cerulli estime que l'opportunité que constituent les marchés frontières est d'ores et déjà trop importante pour être ignorée. Les investisseurs mettent en place des allocations stratégiques sur les marchés émergents globaux, plutôt que des allocations tactiques, ce qui devrait les amener à considérer avec plus d'intérêt les marchés frontières.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant