Les marchés européens terminent en hausse timide, sauf le Dax

le
0

(Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé sur une hausse timide mercredi, les inquiétudes lancinantes suscitées par la Grèce ayant limité l'impact de la progression des valeurs télécoms sur fond de consolidation du secteur des deux côtés de l'Atlantique.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,31% à 5.133,30 points. Le Footsie britannique a pris 0,17% tandis que le Dax allemand abandonnait 0,04%. L'EuroStoxx 50 a progressé de 0,40% et le FTSEurofirst 300 de 0,52%.

Vedette du jour, Altice, la holding de l'homme d'affaires Patrick Drahi, a bondi de 11,59% après l'annonce du rachat du câblo-opérateur américain Suddenlink, valorisé 9,1 milliards de dollars.

Le britannique Vodafone a lui pris 5,4% après des déclarations du président de Liberty Global sur la pertinence d'un éventuel rapprochement.

Les concurrents français de sa filiale Numericable-SFR, Orange et Bouygues, ont cédé respectivement 0,2% et 0,73%.

Du côté des valeurs financières, UBS et Barclays ont pris respectivement 3,23% et 3,37% après l'annonce aux Etats-Unis d'amendes moins lourdes qu'anticipé dans le dossier de la manipulation des taux de change et des taux Libor.

A la baisse, le groupe de luxe Burberry a cédé 5% après avoir abaissé ses prévision de bénéfice 2016 à cause des taux de change.

La Bourse d'Athènes a abandonné 0,71% après une étude de Moody's jugeant négatives les perspectives du système bancaire local et des déclarations d'un député du parti au pouvoir Syriza selon lesquels la Grèce n'honorerait pas sa prochaine échéance au FMI, le 5 juin, en l'absence d'accord avec ses créanciers.

A Wall Street, les principaux indices étaient pratiquement stables au moment de la clôture en Europe, les investisseurs attendant la publication du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale.

Sur le marché des changes, l'euro, affaibli lui aussi par le dossier grec, est retombé sous 1,11 dollar et a touché un plus bas de deux semaines à 1,1065, amplifiant son recul de mardi après les déclarations de responsables de la Banque centrale européenne (BCE) sur une accélération de ses achats de dette au cours des prochaines semaines.

Les rendements des obligations d'Etat européennes ont eux aussi reculé, creusant l'écart avec ceux des titres américains.

Le pétrole, lui, regagne du terrain après le recul marqué de mardi. Le Brent est remonté à plus de 64,80 dollars le baril, le brut léger américain (WTI) à plus de 58,75.

(Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant