Les marchés européens se maintiennent en repli à la mi-séance

le
0
REPLI DES BOURSES EUROPÉENNES À MI-SÉANCE
REPLI DES BOURSES EUROPÉENNES À MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes restent en repli mardi à mi-séance, affaiblies par la baisse des cours des métaux et par les marchés asiatiques après la présentation par la Banque du Japon (BoJ) d'un tableau plus sombre de l'économie du pays.

La BoJ a laissé sa politique monétaire inchangée, comme prévu, mais s'est montrée plus pessimiste sur l'économie et s'est inquiétée de l'affaiblissement des anticipations d'inflation, laissant entendre que l'environnement international pourrait justifier de nouvelles mesures d'assouplissement.

Le dollar perd 0,7% face à la devise japonaise sur ces annonces, à 113 yens.

À Paris, l'indice CAC 40 perdait 0,82% à 4.469,65 points vers 12h45. À Francfort, le Dax cédait 0,5% et à Londres, le FTSE lâchait 0,59%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 abandonne 0,82% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,96%. Les futures new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,3% à 0,5% selon les indices.

L'attention du marché reste focalisée sur les réunions de banques centrales cette semaine, avec des annonces attendues mercredi de la Réserve fédérale américaine et jeudi de la Banque d'Angleterre et de la Banque nationale suisse.

L'indice des valeurs liées aux ressources de base accuse le plus net recul sectoriel en Europe, avec une perte de 4,39%. Le groupe minier chilien Antofagasta chute de 10,4% après avoir annoncé un bénéfice opérationnel 2015 en baisse de 58%. BHP Billiton lâche aussi 5,8%, Glencore 4,83% et Rio Tinto 4% avec les cours des métaux.

Volkswagen cède 3,4% après l'annonce que près de 300 actionnaires institutionnels ont porté plainte contre le constructeur automobile à la suite du scandale des tests d'émissions polluantes.

De même, Altice cède plus de 4% après avoir prévenu que la hausse des investissements pour reconquérir les clients mobiles de sa filiale Numericable-SFR pèserait sur la croissance de son Ebitda ajusté attendue autour de 5% en 2016 contre +17,6% l'an dernier.

Numericable-SFR s'adjuge au contraire 1,2%, plus forte hausse de l'EuroFirst 300. L'opérateur a annoncé attendre une amélioration cette année après avoir perdu plus d'un million de clients l'an dernier.

Safran prend 2,38%, plus forte hausse du CAC. Le directeur général du groupe industriel, Philippe Petitcolin, a dit lundi après la clôture que toutes ses prévisions pour 2020 présentées dans la journée était "très prudentes".

Le Brent est passé sous les 39 dollars le baril, prolongeant ses pertes de lundi. Les investisseurs prennent des bénéfices après six semaines de rebond des cours du pétrole, d'autant que l'Opep n'a rien fait pour soutenir la tendance en disant que la demande mondiale de brut serait inférieure aux attentes en 2016 malgré sa stratégie de laisser filer les prix pour décourager la production des pays où les prix de revient sont plus élevés que ceux de l'Opep.

Le marché des obligations souveraines de la zone euro marque une pause en attendant la Fed, après une phase d'engouement en réaction au plan massif de soutien à la croissance de la Banque centrale européenne annoncé jeudi.

(Atul Prakash, Amanda Cooper et Marius Zaharia, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant