Les marchés européens, sauf Londres, terminent dans le rouge

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes, à l'exception de Londres, ont terminé dans le rouge jeudi, plombées par des indicateurs attestant d'un ralentissement de la croissance du secteur privé en zone euro et de statistiques jugées décevantes sur l'activité du secteur manufacturier en Chine et aux Etats-Unis.

À Paris, le CAC 40 a fini en repli de 32,18 points, soit 0,62% à 5.178,91 points. Le Dax allemand a cédé 1,21%, mais le Footsie britannique a pris 0,36% grâce au rebond des valeurs pétrolières et des ressources de base. Les indices paneuropéens EuroStoxx 50 et FTSEurofirst 300 ont perdu respectivement 0,71% et 0,60%.

A la clôture en Europe, les grands indices américains étaient en légère hausse. La tendance est toutefois hésitante car les bons résultats de poids lourds de la cote ne parvenaient pas à compenser l'impact négatif du ralentissement de l'activité manufacturière aux Etats-Unis, le recul des ventes de logements neufs et la nouvelle hausse des inscriptions hebdomadaires au chômage.

En Chine, l'activité manufacturière s'est contractée en avril pour le deuxième mois consécutif

En Europe, la croissance du secteur privé dans la zone euro est aussi ressortie inférieure aux attentes en dépit du soutien apporté par la baisse de l'euro aux exportateurs et de la mise en oeuvre du programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la Banque centrale européenne (BCE).

"Même s'il y a une nette amélioration sur le front économique en Europe, ce n'est pas encore gagné", dit Philippe Gijsels, responsable de la stratégie chez BNP Paribas Fortis.

Aux valeurs, les publications de résultats ont été à l'origine des variations les plus significatives du jour.

A Francfort, le groupe de construction et de services Bilfinger a dévissé de près de 18%, signant la pire performance du Stoxx 600, au lendemain d'un cinquième avertissement sur ses résultats en 11 mois.

A Stockholm, l'équipementier télécoms Ericsson a décroché de près de 10% en raison d'un bénéfice d'exploitation trimestriel inférieur aux attentes du marché.

Le réassureur Swiss Re, numéro deux du secteur, est sanctionné sur son dividende, avec un repli de 9,58%.

Contre la tendance, Michelin, plus forte hausse du CAC 40, a gagné 6,48% après avoir révisé à la hausse l'impact favorable des changes et des matières premières pour 2015 et annoncé un programme de rachat d'actions.

Pernod Ricard s'est adjugé de son côté 2,38% grâce à son chiffre d'affaires du 3e trimestre.

Sur le marché des changes, l'euro remonte à 1,08 dollar (+0,71%) à la veille d'une réunion de l'Eurogroupe à Riga sur la situation en Grèce.

Le pétrole revient autour de 65 dollars (+3,67%) le baril et l'indice des valeurs pétrolières (0,34%) signe avec celui des ressources de base (1,22%) les deux meilleures performances sectorielles du Stoxx 600. Au Yémen, la coalition saoudienne a poursuivi ses bombardements malgré l'annonce mardi de la fin de l'offensive aérienne entamée il y a un mois.

(Claude Chendjou pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant