Les marchés européens restent orientés à la baisse à mi-séance

le
0
LES MARCHÉS EUROPÉENS TOUJOURS ORIENTÉS À LA BAISSE À MI-SÉANCE
LES MARCHÉS EUROPÉENS TOUJOURS ORIENTÉS À LA BAISSE À MI-SÉANCE

Répétition.

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes restent orientées en baisse jeudi à mi-séance, alors que l'euro a touché un nouveau plus bas de deux ans et qu'un nouveau recul est attendu à Wall Street. Les inquiétudes concernant la croissance mondiale et l'absence de perspective d'intervention rapide de la Réserve fédérale limitent l'appétit des investisseurs pour les actifs à risque.

À Paris, le CAC 40 recule de 0,73% vers 11h00 GMT. À Francfort, le Dax perd 1,16% et à Londres, le FTSE cède 1,3%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 abandonne 1%.

Les futures sur indices signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,65% à 0,82%.

Les valeurs bancaires et cycliques pèsent toujours sur la tendance, avec un indice des produits de base en baisse de 2,23%, plus forte baisse sectorielle.

Le compte-rendu du FOMC des 19-20 juin a laissé entendre qu'un nouveau cycle d'assouplissement quantitatif (QE3) n'était pas imminent et qu'il faudrait attendre une nouvelle détérioration de la conjoncture pour que la Fed envisage sérieusement de reprendre ses rachats d'actifs pour soutenir l'économie américaine.

La baisse surprise de 25 points de base du taux directeur sud-coréen et de 50 pdb du taux brésilien reflètent cette inquiétude sur la croissance dans ces régions, alors que la Banque du Japon, plus sereine, a maintien le statu quo.

"L'aversion au risque refait surface sur le marché. Les investisseurs sont déçus que la Banque du Japon n'ait pas modifié sa politique et que la Réserve fédérale n'ait pas donné de signal clair annonçant la probabilité de nouvelles mesures de soutien quantitatif (QE3) en août" commente Lee Hardman, économiste sur le marché des changes chez BTMU.

En zone euro, la production industrielle a néanmoins augmenté de 0,6% sur un mois en mai, après deux mois consécutifs de baisse, mais reste à un niveau faible en raison du déclin observé en France et aux Pays-Bas, selon les données d'Eurostat publiées jeudi.

Les investisseurs attendent les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis.

Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant