Les marchés européens restent orientés à la baisse à mi-séance

le
0
LES MARCHÉS EUROPÉENS RESTENT ORIENTÉS À LA BAISSE À MI-SÉANCE
LES MARCHÉS EUROPÉENS RESTENT ORIENTÉS À LA BAISSE À MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes restent orientées en baisse jeudi à mi-séance, après leur redressement de début de semaine, affaiblies par un indicateur chinois qui tend à confirmer le risque de déflation dans la deuxième puissance économique mondiale, tandis que Wall Street est attendue en légère hausse.

À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,69% à 4.632,32 points vers 11h00 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,43% et à Londres, le FTSE 0,85%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 abandonne 0,83% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 0,85%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,26% à 0,36%.

Les valeurs les plus exposées au Brésil font l'objet d'un flux nourri de ventes après la décision de Standard & Poor's mercredi soir d'abaisser la note souveraine du Brésil en catégorie spéculative.

A Paris, Casino Guichard, qui tire 40% de son chiffre d'affaires du Brésil, perd 4,3%, et Carrefour, qui réalise 14% de son chiffre d'affaires au Brésil, recule de 1,73%, l'un des plus forts replis du CAC 40. Ailleurs, d'autres groupes ayant une présence importante au Brésil comme Seadrill, Banco Santander ou Galp Energia cèdent 2,3 à 4,8%.

"Les entreprises fortement exposées au Brésil ne sont, de toute évidence, pas de bons placements dans la mesure où l'économie (...) se contracte et où les investissements nécessaires devraient y être reportés. Toutes ces questions font du Brésil un marché moins attirant", dit Peter Dixon de Commerzbank.

A Francfort, E.ON perd 5,1% à ses plus bas en 20 ans après avoir renoncé à son projet de transfert de ses centrales nucléaires dans une nouvelle entité face aux pressions politiques visant à obliger les électriciens allemands à assumer le coût du démantèlement de leurs installations.

Sur le marché des changes, le dollar néo-zélandais perd encore 1,75% face au dollar à la suite de la baisse d'un quart de point du taux directeur de la Banque de Réserve de Nouvelle-Zélande (RBNZ) à 2,75%.

Le yen perd du terrain face au dollar en réaction, selon des traders, à des propos de Kozo Yamamoto, député du Parti libéral démocrate (PLD) du Premier ministre Shinzo Abe, dans une interview à Bloomberg, estimant que la réunion du 30 octobre de la Banque du Japon serait "une bonne occasion" pour prendre de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire.

Les cours du pétrole sont en légère hausse en l'approche de la publication des stocks hebdomadaires américains, attendus à 15h00 GMT, qui devraient être en hausse, selon une enquête menée par Reuters auprès d'analystes du marché.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant