Les marchés européens peinent à redémarrer, le pétrole et les banques centrales pèsent

le
0

(AOF) - Les marchés européens peinent à repartir de l’avant, enchainant leur troisième séance consécutive de baisse. Les prises de bénéfices ont pesé sur la tendance avant une semaine marquée par les réunions de la Fed et de la Banque du Japon. Le CAC 40 a cédé 0,52% à 4 546,12 points et l’EuroStoxx50 0,75% à 3 117,62 points. Aux Etats-Unis, le Dow Jones lâchait 0,62% à l’approche de la mi-séance.

Les prises de bénéfices ont à nouveau dominé ce lundi alors que les indices actions européens sortent de deux semaines consécutives de hausse. Depuis leur point bas du 11 février dernier, ils se sont même appréciés de plus de 16% et ne perdent plus que 1,96% par rapport à la clôture de la dernière séance de l'année 2015.

Mais les investisseurs ont manqué de catalyseurs pour que ces pertes soient totalement résorbées. D'abord, le cours du baril du pétrole a terminé la séance en baisse (-0,59% pour le baril de WTI à la clôture). Les opérateurs n'ont pas non plus été encouragés à revenir sur les actifs risqués avec l'annonce d'une dégradation inattendue du climat des affaires en avril en Allemagne. L'indice Ifo qui le synthétise est ressorti à 106,6 points, en léger retrait après 106,7 en mars alors que le consensus Reuters le donnait en légère hausse à 107 points.

Enfin, un troisième motif explique la prudence des investisseurs : la Fed américaine et la Banque du Japon réunissent leurs comités de politique monétaire cette semaine, respectivement mercredi et jeudi. Selon plusieurs analystes, la Fed devrait de nouveau observer un statu quo sur ses taux tout en préparant les esprits à une hausse en juin. Du côté du Japon, un renforcement de la politique de taux négatifs serait en discussions, selon Bloomberg.

En ce qui concerne les valeurs, le secteur des matières premières a été une nouvelle fois pénalisé par la baisse des cours du pétrole. ArcelorMittal (-4,79%) et Technip (-2,71%) ont fait partie des plus fortes baisses du CAC 40.

Hors CAC 40, EDF (-11,07%) a été sanctionné après avoir annoncé qu'une augmentation de capital de quatre milliards d'euros devrait être lancée d'ici la fin de l'année. En revanche, Eurofins Scientific (+4,55%) a été très recherché, les investisseurs appréciant la croissance de plus de 10% enregistrée au premier trimestre.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant