Les marchés européens ont limité leur recul grâce aux stats US

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - À l'exception de Francfort, les principales Bourses européennes ont terminé en baisse mercredi, mais le recul demeure limité en raison de la publication de statistiques encourageantes de l'économie américaine.

Les grands indices américains étaient en très légère progression au moment de la clôture en Europe.

La croissance des ventes au détail a accéléré en février aux Etats-Unis, à un rythme plus de deux fois supérieur aux attente, laissant penser que le niveau de la consommation américaine, qui représente 70% de l'économie, ne ralentira pas au cours du premier trimestre 2013.

À l'inverse, l'annonce mercredi d'une baisse plus forte que prévu de la production industrielle en zone euro - de 0,4% sur un mois en janvier - nouveau signe de la difficulté de la zone à sortir de la récession, a pesé sur la tendance en Europe.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,1% (3,93 points) à 3.836,04 points. Le Footsie britannique a reculé de 0,45% et le Dax allemand a gagné 0,06%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a perdu 0,26%.

L'indice de la Bourse de Milan a reculé de 1,74%, après l'adjudication de dette du Trésor italien qui s'est conclue par une envolée des coûts d'emprunt pour Rome.

Aux valeurs, Enel a perdu 5,98% et a signé la deuxième plus forte baisse de l'EuroFirst 300. Le groupe italien de services aux collectivités prévoit un tassement de son bénéfice opérationnel cette année en raison d'une baisse de la demande dans ses principaux marchés.

À Londres, Prudential, le premier assureur britannique, a clôturé en hausse de 9,33%, la meilleure performance de l'EuroFirst300 après avoir annoncé mercredi une hausse de 16% de son dividende.

Sur le marché obligataire, le rendement de l'emprunt à 10 ans italien demeurent en légère hausse, en réaction à l'adjudication poussive. Les futures sur Bund profitent de l'incertitude et sont en hausse.

Sur le marché des changes, le dollar reste proche de son plus haut niveau en sept mois atteint en séance face à un panier de devises, après la publication des ventes au détail.

L'euro poursuit sa baisse face à la monnaie américaine et évolue sous la barre de 1,30 dollars après avoir touché en séance son plus bas niveau en trois mois.

Sur le front du pétrole, le Brent est passé sous la barre des 109 dollars après l'annonce de la hausse des stocks des entreprises aux Etats-Unis et la publication du rapport mensuel de l'AIE selon lequel la demande sera touchée par la faible croissance économique mondiale.

Constance De Cambiaire pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant