Les marchés européens lestés par l'euro et la Grèce à l'ouverture

le
1
LES MARCHÉS EUROPÉENS LESTÉS PAR L'EURO ET LA GRÈCE À L'OUVERTURE
LES MARCHÉS EUROPÉENS LESTÉS PAR L'EURO ET LA GRÈCE À L'OUVERTURE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en baisse jeudi, à l'instar de Wall Street et des marchés asiatiques, affectées par le rebond en cours de l'euro et les inquiétudes persistantes autour de la Grèce.

La tenue ce jeudi d'élections législatives en Grande-Bretagne, mais aussi l'attente de la publication vendredi des chiffres officiels sur le marché de l'emploi aux Etats-Unis en avril, incitent par ailleurs les investisseurs à la prudence.

À Paris, l'indice CAC 40 abandonne 0,78% à 4.942,98 points vers 07h50 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,42% et à Londres, le FTSE perd 0,71%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,81% et le FTSEurofirst 300 de 0,84%.

Les Britanniques élisent leurs représentants à la Chambre des communes et à travers eux le Premier ministre qui dirigera la cinquième puissance économique mondiale, lors d'un scrutin qui s'annonce particulièrement indécis. Le POINT sur les élections:

L'euro de son côté a repassé la barre de 1,13 dollar pour la première fois depuis fin février, soutenu par une nouvelle hausse des rendements obligataires allemands.

La chute des obligations dans l'ensemble de la zone euro s'accentue dans les premiers échanges d'une séance qui devrait voir la France et l'Espagne tester la demande des investisseurs avec de nouvelles adjudications de dette souveraine.

Avec l'apaisement des craintes de déflation, une inversion des flux liée au programme de rachats massifs d'actifs de la Banque centrale européenne entraîne un courant de ventes des obligations européennes les mieux notées et des actions.

"La faiblesse du marché obligataire est un thème central sur les marchés américains et européens", commente Stan Shamu, responsable de la stratégie chez IG à Melbourne, dans une note à ses clients. "Elle a d'ores et déjà clairement commencé à affecter les actions en sapant la confiance sur ce marché."

Les propos tenus la veille par la Réserve fédérale américaine Janet Yellen jugeant élevées les valorisations des marchés actions contribuent à saper la confiance.

Aux valeurs, Alcatel-Lucent gagne 3,27%, plus forte hausse du CAC 40, après avoir sensiblement amélioré sa marge au premier trimestre en dépit d'un recul des investissements aux Etats-Unis et au Japon. Nokia, qui est en passe de racheter son concurrent français, prend 2% de son côté, affichant l'une des plus fortes hausses de l'Euro Stoxx 50.

Côté baisses, ArcelorMittal cède 2,35%, plus net recul du CAC, après avoir abaissé ses prévisions 2015, suivi par Legrand qui perd 2,2% après des résultats trimestriels marqués par un recul de ses ventes en données organiques plus important que prévu.

L'espagnol Repsol perd 2,5%, deuxième plus forte baisse du Stoxx 50, après des résultats du premier trimestre contrastés, derrière Allianz (-3,9%), ex-dividende.

Siemens recule de 1,8% après avoir fait état de résultats trimestriels légèrement inférieurs aux attentes des analystes financiers, les mauvaises performances de la division usine numérique du conglomérat industriel allemand venant se rajouter aux difficultés de la branche énergie.

Toujours à Francfort, E.ON gagne 1,2% après ses résultats et Metro perd 6,3% avec la réduction de la participation de fonds Haniel dans son capital.

(Avec Atul Prakash, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le jeudi 7 mai 2015 à 10:39

    La question de la Grèce n' est pas : va-t-elle sortir de l ' €, mais qui va la faire sortir ?...le courage politique n' en est pas encore à ce niveau...!