Les marchés européens hésitants à mi-journée

le
0
LES MARCHÉS EUROPÉENS HÉSITANTS À MI-JOURNÉE
LES MARCHÉS EUROPÉENS HÉSITANTS À MI-JOURNÉE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont hésitantes à mi-séance jeudi, comme les futures à Wall Street, alors que l'incertitude est de retour concernant l'issue des négociations budgétaires aux Etats-Unis.

Les indices européens ont effacé leurs pertes du début de séance mais n'affichent que des hausses modestes dans l'attente d'une batterie d'indicateurs américains dans l'après-midi, notamment la statistique définitive de la croissance au troisième trimestre.

À Paris, le CAC 40 avance de 2,88 points ou 0,08% à 11h35 GMT, après un creux à 3.652 en début de séance. Londres gagne de même 0,08% et Francfort 0,03%, mais les Bourses espagnole et suisse restent dans le rouge. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 grignote 0,08% tandis que l'EuroFirst 300 est stable.

Les négociations budgétaires entre le Congrès et la Maison blanche semblent à nouveau dans l'impasse, les républicains ayant confirmé qu'ils soumettraient jeudi leur propre projet aux voix de la Chambre des représentants, où ils sont majoritaires, malgré l'opposition de Barack Obama.

En l'absence de compromis avant la fin de l'année, ce sont 600 milliards de dollars de hausses d'impôt et de réductions de dépenses publiques qui entreraient automatiquement en vigueur le 1er janvier, au risque de faire rechuter l'économie américaine en récession.

Les marchés continuent cependant de croire qu'on n'en arrivera pas à cette extrémité et, à l'approche de Noël, beaucoup de gérants ont clôturé leurs positions.

Plus forte hausse de l'indice FTSEurofirst 300, le groupe britannique d'ingénierie Weir Group s'adjuge 3,70% après l'annonce d'une acquisition qui satisfait les analystes.

A Paris, Alcatel grimpe de 2,37%. Selon Les Echos, le gouvernement cherche à monter une opération visant à sécuriser une partie de son activité de câbles sous-marins, jugée stratégique, via un rachat par France Télécom.

Dans le même secteur, Ericsson cède à l'inverse 3,24%. L'équipementier suédois a annoncé une charge de 923 millions d'euros dans ses comptes du quatrième trimestre liée à sa coentreprise en difficulté ST-Ericsson, dont son partenaire STMicroelectronics est en train de sortir. Dans la foulée, STMicro abandonne 0,73%.

La cotation de NYSE Euronext est suspendue à Paris alors que pourrait être annoncée dans la journée une offre d'IntercontinentalExchange sur l'opérateur de la Bourse de New York et de quatre places européennes, dont Paris.

Aux banques, UBS perd 1,18% à 15,02 francs suisses. Après l'amende de 1,5 milliard de dollars suisses reçue mercredi pour manipulation du taux Libor, les autorités de Hong Kong ont à leur tour annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête sur la banque helvétique au sujet d'une possible manipulation du taux interbancaire du territoire, le Hibor.

Sur le marché des changes, le yen est stable autour de 84,10 pour un dollar en dépit de l'annonce de nouvelles mesures d'assouplissement quantitatif par la Banque du Japon . L'annonce de la BoJ, sans surprise, a encouragé des prises de bénéfice sur le dollar qui s'était apprécié de quelque 6% face à la devise japonaise en six semaines, atteignant mercredi un pic de 20 mois à 84,62 yens.

L'euro/yen s'affiche, lui, à 1,3263, en hausse de 0,49% sur la journée.

Sur le marché obligataire, les nouvelles tensions apparues dans les négociations budgétaires américaines permettent aux Bunds de reprendre des couleurs aux dépens de la dette des pays dits périphériques, mais les volumes sont étroits avant les fêtes. Après huit séances consécutives de baisse, le future sur le Bund regagne 15 points de base à 144,15 et l'OAT suit la même tendance.

Le bras de fer entre le Congrès et la Maison blanche fait aussi reculer les cours du pétrole, les Etats-Unis étant le premier consommateur mondial. Le baril de Brent s'affiche en repli de 0,29% à 110,04 dollars à 11h35 GMT, l'attention se tournant maintenant vers les statistiques américaines de l'après-midi.

Véronique Tison pour le service français, édité par Catherine Monin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant