Les marchés européens évoluent sans grande tendance à mi-séance

le
0
LES MARCHÉS EUROPÉENS ÉVOLUENT SANS GRANDE TENDANCE À MI-SÉANCE
LES MARCHÉS EUROPÉENS ÉVOLUENT SANS GRANDE TENDANCE À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent sans grande tendance lundi à mi-séance, tiraillées entre de nouveaux signes de ralentissement de l'économie mondiale et des espoirs d'une action des banques centrales pour soutenir la croissance.

À Paris, le CAC 40 progressait de 0,10% (+3,52 point) à 3.439,18 points vers 10h30 GMT. À Francfort, le Dax gagnait 0,23% et à Londres, le FTSE grappillait 0,01%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 gagnait 0,21%.

A Wall Street, les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en baisse.

L'économie japonaise a crû de 0,3% entre avril et juin, moitié moins que prévu, soulevant des doutes sur la solidité de la reprise économique alors que les dépenses des consommateurs ralentissent et que la crise de la dette en Europe pèse sur la demande mondiale.

Ces chiffres interviennent après une salve d'indicateurs économiques jugés décevants dans plusieurs pays la semaine dernière, en particulier en Chine vendredi, et alors que les investisseurs attendent la publication mardi du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro.

Si ces statistiques soulèvent des inquiétudes pour l'économie mondiale, elles nourrissent également l'espoir de nouvelles mesures de soutien de la part des banques centrales. Ces attentes sont à l'origine d'un vif rally boursier enregistré ces deux dernières semaines.

"Les investisseurs sont clairement dans l'attente d'injection de liquidités nouvelles, que ce soit au niveau du Fed (lors du FOMC du 13 septembre), de la BCE (en septembre avec une intervention sur la dette espagnole), ou plus court terme en Chine, après les indicateurs d'activité très décevants sur le mois de juillet", estime Aurel BGC dans une note.

Aux valeurs, E.ON progressait de 0,98% à 17,98 euros, le groupe allemand de services aux collectivités ayant fait état d'un résultat net plus que triplé au premier semestre.

A l'inverse, Julius Baer chutait de 5,39% à 33,52 francs suisses. La banque suisse a annoncé le rachat des activités de gestion de fortune non-américaines de Bank of America Merrill Lynch, faisant ainsi bondir de 40% ses actifs sous gestion.

Sur le marché des changes, l'euro était toujours soutenu par la perspective de nouvelles mesures de la BCE et évoluait en hausse à plus de 1,23 dollar.

Du côté obligataire, l'Italie a vendu dans la matinée 8 milliards d'euros de bons du Trésor (BOT) à 12 mois en servant un rendement en hausse, au plus haut depuis la mi-juin.

Cela s'est traduit sur le marché secondaire par une hausse du rendement des obligations italiennes à 2 ans qui progressait de plus de trois points de base. Celui des obligations à 10 ans reculait en revanche de quatre points de base, à 5,8%.

De son côté, le baril de Brent se négociait en hausse, dépassant les 114 dollars pour toucher un plus haut de trois mois à la faveur de nouvelles tensions sur le pétrole iranien.

Blandine Hénault pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant