Les marchés européens en baisse à mi-séance

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES EN BAISSE À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES EN BAISSE À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes confirment ou aggravent leurs pertes jeudi à la mi-séance, affectées en particulier par le recul des valeurs bancaires, surtout italiennes, celui des ressources naturelles et par la perte de terrain des valeurs télécoms françaises.

Vers 10h35 GMT, le CAC 40 parisien perd 1,36% à 4.384,16 points, le FTSE 100 londonien 0,74% et le Dax 30 francfortois 0,8%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro laisse 1,4% et le FTSEurofirst 300 1,11%.

Tous les indices sectoriels restent également dans le rouge, au premier rang desquels celui des valeurs bancaires (-1,78%), suivi par ceux des valeurs des télécoms (-1,47%) et des valeurs énergétiques (-1,49%).

Les futures laissent pareillement présager une ouverture en baisse de Wall Street.

Les places européennes, tout comme Wall Street, avaient tiré parti mercredi de l'effet bienfaisant des déclarations faites mardi par la présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen quant au calendrier que la banque centrale pourrait suivre en vue de resserrer sa politique monétaire.

Les investisseurs européens ont pris connaissance dans la matinée de diverses statistiques européennes qui ne dressant pas un panorama économique particulièrement enthousiasmant. Le nombre de chômeurs n'a pas varié en Allemagne, alors qu'il était attendu en légère baisse, tandis que les ventes au détail ont diminué contre toute attente.

L'inflation est restée négative dans la zone euro et si la croissance de la Grande-Bretagne a été revue en hausse, son déficit courant s'est creusé.

Aux valeurs, plusieurs banques italiennes figurent parmi les plus fortes pertes de la demi-journée. Banco Popolare cède 7,8%, Monte dei Paschi 7%, Banca Popolare di Milano 5,2%, UniCredit 4,6% et Intesa Sanpaolo 2%.

Selon une source gouvernementale, Rome compte demander aux banques de participer au dédommagement de milliers d'Italiens qui ont perdu leurs économies l'an passé à l'occasion du renflouement de quatre petits établissements, a déclaré mercredi une source gouvernementale.

Par ailleurs, UniCredit envisage de repousser l'augmentation de capital de Banca Popolare di Vicenza, actuellement prévue en avril pour 1,76 milliard d'euros, si les conditions de marché ne s'améliorent pas.

Cette opération est considérée comme un test crucial de la confiance des investisseurs envers les banques italiennes, qui ploient sous 360 milliards d'euros de créances douteuses.

"On craint que la recapitalisation de Popolare di Vicenza ne voit une grande partie des droits non souscrits, obligeant UniCredit à les prendre à son compte", dit Luca Comi, analyste d'ICBPI.

Bouygues perd 3,9%, plus forte perte du CAC 40, et Orange 1,70%, troisième perte de l'indice parisien. Bouygues a annoncé jeudi qu'il se donnait jusqu'à la fin du week-end pour trouver un accord avec Orange sur la vente de Bouygues Telecom, alors que des sources proches du dossier évoquent des points sensibles encore non tranchés comme le prix de la transaction ou la gouvernance.

Dans leur sillage, Numericable-SFR perd 3,6% et Iliad 2,1%. Altice abandonne 1,2%.

Au contraire, TUI gagne 4,2%, plus forte hausse du FTSEurofirst 300. Le voyagiste a déclaré jeudi que les réservations de vacances enregistrées pour cet été étaient supérieures à celles de l'an dernier, le voyagiste britannique se disant de ce fait confiant dans l'atteinte de ses objectifs annuels

(Avec Sudip Kar Gupta, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jprizzi il y a 8 mois

    Ah! aujourd'hui, c'est pas la faute du pétrole, c'est la bourse italienne !!! DU GRAND N'IMPORTE QUOI COMME D'HAB........