Les marchés européens en baisse à mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES SONT EN BAISSE À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES SONT EN BAISSE À MI-SÉANCE

(Reuters) - Les Bourses européennes sont en baisse à mi-séance lundi et Wall Street est attendue sur la même tendance, la nouvelle dégradation de la conjoncture dans le secteur manufacturier chinois reflétée par les indices PMI incitant les investisseurs à la prudence.

À Paris, le CAC 40 perd 0,59% à 4.390,95 points vers 11h50 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,54% et à Londres, le FTSE abandonne 0,47%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,34% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,75%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 0,3% à 0,4% après la forte hausse de vendredi.

L'activité dans le secteur manufacturier chinois s'est encore contractée en janvier, ont montré en début de journée l'indice PMI officiel comme le PMI Markit chinois.

Les PMI de la zone euro reflètent quant à eux une tendance au ralentissement de la croissance de l'activité industrielle.

Ces indicateurs expliquent en partie le nouvel accès de faiblesse du pétrole, le Brent étant repassé sous 36 dollars et le brut léger américain sous 32,25 dollars.

Aux valeurs, Vallourec, suspendu toute la matinée, bondit de plus de 13% après sa reprise de cotation, suite à l'annonce d'une augmentation de capital d'un milliard d'euros et d'un nouveau plan de restructuration de ses activités.

A l'opposé, Nokia chute de 10%, la plus mauvaise performance de l'EuroStoxx 50, après une décision d'arbitrage dans un différend avec Samsung sur des brevets, les éléments financiers donnés par le groupe sur l'impact de ce dossier étant inférieurs aux attentes du marché. Dans son sillage, Alcatel-Lucent perd 10,4%

Bankia gagne près de 5% et se classe parmi les plus fortes hausses du FTSEurofirst 300 après ses résultats financiers, son bénéfice net ayant augmenté de près de 40% en 2015.

La compagnie aérienne Ryanair prend quant à elle 4,9% après avoir confirmé ses prévisions et annoncé 800 millions d'euros de rachats d'actions.

(Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant