Les marchés européens clôturent en légère hausse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en légère hausse mercredi, après avoir réduit leurs gains dans le courant de l'après-midi, après l'annonce selon laquelle des responsables de la zone euro cherchent une façon de retarder tout ou partie du deuxième plan d'aide à la Grèce, si possible jusqu'après les élections prévues pour avril.

"Le marché n'aime pas ça. Si la Grèce ne peut pas obtenir un plan de sauvetage d'ici mi-mars, elle sera acculée de fait au défaut désordonné", a déclaré Richard Batty, stratégiste chez Standard Life Investments. "Le pays doit agir maintenant pour réduire encore ses dépenses, car il y a un risque de contagion au reste du marché en cas de défaut chaotique", ajoute-t-il.

A la Bourse de Paris, le CAC 40 a fini en hausse de 0,44% à 3.390,35 points, après être repassé sous la résistance des 3.410 points. Le Dax allemand a également pris 0,44% tandis que le FTSE londonien a perdu 0,13%. L'indice Eurostoxx 50 a gagné 0,23% en clôture, alors qu'il prenait plus de 1% à mi-séance.

L'indice Stoxx des bancaires (+1,74%) est arrivé en tête des hausses sectorielles en Europe. BNP Paribas, qui a rassuré pour 2012 après un quatrième trimestre marqué par la crise de la dette en zone euro, a pris 4,09%, plus forte hausse du CAC 40, à 34,885 euros.

Peugeot en revanche a dévissé de 6,98% à 14,060 euros. Le groupe, confronté à la rechute de la rentabilité de sa branche automobile fin 2011, PSA Peugeot Citroën s'est résolu mercredi à annoncer un plan de cessions d'actifs.

La journée avaient démarré sur une note franchement positive, dans des marchés soutenus par l'engagement de la Chine à continuer à acheter de la dette en zone euro.

Wall Street évolue de son côté en ordre dispersé, tiraillé en outre entre un indicateur manufacturier à son plus haut depuis un an et demi et une production industrielle décevante.

La croissance manufacturière s'est accélérée en février dans l'Etat de New York pour atteindre son plus haut niveau depuis un an et demi, mais la production industrielle américaine a stagné en janvier alors que le marché attendait une hausse. et

Les investisseurs ont également été rassurés par une croissance moins mauvaise que prévu en France et en Allemagne sur les trois derniers mois de 2011.

Juliette Rouillon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant