Les marchés européens clôturent en hausse, l'Italie rassure

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse lundi, tirées par la résolution de la crise politique en Italie et dans l'espoir d'une baisse des taux de la Banque centrale européenne cette semaine.

En hausse de 2,2%, la Bourse de Milan a réalisé la meilleure performance des principales places pour saluer le discours de politique générale du nouveau président du Conseil Enrico Letta, qui s'est engagé à réformer la loi électorale et à mener une politique de croissance.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 1,54% (58,63 points) à 3.868,68 points. Le Footsie britannique a gagné 0,49% et le Dax allemand 0,75%.

Parmi les indices paneuropéens, l'EuroStoxx 50 a progressé de 1,20% et le FTSEurofirst 300 de 0,52%.

Les marchés sont restés soutenus par les anticipations de baisse des taux de la BCE jeudi , qui ont fait monter l'EuroFirst 300 de quelque 4,8% depuis le 18 avril.

A Wall Street, le Dow Jones gagnait 0,4% et le S&P-500 0,5% au moment de la clôture européenne, dans le sillage du Vieux-Continent et dans l'anticipation de la poursuite de la politique d'assouplissement quantitatif de la Fed, dont le conseil de politique monétaire se réunit mardi et mercredi.

Aux valeurs, EDF (+3,38%) a signé la plus forte progression du CAC, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ayant donné son accord pour que le réacteur n°2 de la centrale de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, fonctionne jusqu'en 2022.

Contre la tendance, le groupe norvégien de services pétroliers Aker Solutions a chuté de 21,15% à la suite du lancement d'un avertissement sur ses résultats .

Sur le marché obligataire, l'annonce de la désignation d'un nouveau gouvernement italien a rassuré les investisseurs et le rendement des obligations italiennes à dix ans est passé sous la barre des 4%. "La dette italienne bénéficie de l'effet conjugué du soutien des banques centrales et de la stabilité politique retrouvée", analyse Nicholas Spiro, de chez Spiro Sovereign Strategy.

Sur le marché des changes, le dollar a poursuivi son repli dans la perspective de la poursuite de la politique ultra-accommodante de la Fed. L'euro gagnait 0,44% à 1,3101 dollar en fin de séance après avoir atteint auparavant un plus haut en dix jours de 1,3115.

Le marché pétrolier est bien orienté avec un baril de Brent en hausse de 0,37% à 103,53 dollars dans l'attente d'indicateurs sur le secteur manufacturier chinois, mercredi.

Constance De Cambiaire pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant