Les marchés européens chutent d'environ 3% à mi-séance

le
1
CHUTE D'ENVIRON 3% DES MARCHÉS EUROPÉENS À MI-SÉANCE
CHUTE D'ENVIRON 3% DES MARCHÉS EUROPÉENS À MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes perdent environ 3% jeudi à mi-séance, avec un baril de pétrole qui a touché ses plus bas niveaux en près de 12 ans et une séance à Wall Street qui s'annonce en net recul également, dans le sillage d'un nouveau plongeon des marchés chinois.

L'accélération de la dépréciation du yuan orchestrée par Pékin et la chute de la Bourse de Shanghai font craindre une vague de dévaluations compétitives à travers l'Asie.

À Paris, l'indice CAC 40 perd 2,65% à 4.361,88 points vers 11h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 3,41% et à Londres, le FTSE 2,58%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 abandonne 2,87% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 3,2%. L'indice de volatilité de l'EuroStoxx 50 gagne 16% à 30,46 points.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 2,5% pour le Dow Jones et de 3,3% pour le Nasdaq tandis que l'indice MSCI monde qui suit 46 marchés perd 1% à un creux de trois mois, accusant sa sixième séance de baisse d'affilée. L'indice des marchés émergents recule de son côté de 2,5% à ce stade de la journée.

La Chine a laissé sa devise glisser, provoquant une chute de plus de 7% à Shanghai et l'activation des tout nouveaux "coupe-circuits" mis en place après le krach de l'été, après moins d'une demi-heure de cotation.

La Banque populaire de Chine a pris de court les acteurs de marché en fixant le cours pivot de la devise chinoise à 6,5646 yuans pour un dollar, soit un plus bas depuis mars 2011. Cela représente un repli de 0,5% par rapport à mercredi et constitue la baisse quotidienne la plus marquée depuis la mi-août, quand une dévaluation inattendue de 2% avait fait vaciller les Bourses mondiales.

Les investisseurs craignent que Pékin, dans le but soutenir ses exportateurs, accélère la rapide dépréciation du yuan, ce qui pourrait signifier que l'économie de la Chine est plus faible qu'ils ne l'avaient imaginé.

En Europe, tous les secteurs sont dans le rouge, de 2,2% pour les valeurs défensives des services aux collectivités à 4,73% pour le pétrole et 5,4% pour les ressources de base dans le sillage du pétrole qui a chuté de plus de 5%, à des niveaux inconnus en près de 12 ans, avant de se reprendre un peu.

Le yen et les obligations souveraines allemandes profitent de leur statut de valeurs refuge dans cet environnement de marché chaotique.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • monjohn il y a 11 mois

    Sortez de vos positions car le pire est à venir et souvenez-vous: c'est le dernier qui détient la patate chaude qui se brule.