Les marchés déstabilisés par la Fed

le
0

(AOF) - Les marchés actions européens sont repartis à la baisse aujourd'hui, pénalisés par la crainte d'un relèvement des taux d'intérêt américains dès le mois prochain. Le CAC 40 a reculé de 0,85% à 4 282,54 points et l'Eurostoxx 50 a cédé 1,15% à 2 922,40 points. Wall Street évolue également en repli. A l'approche de la mi-séance, le Dow Jones perd 1,02% et le Nasdaq Composite, 1,09%.

Les investisseurs ont négativement interprété la publication des "minutes" de la dernière réunion de la Fed. La plupart des membres du comité responsable de la politique monétaire de la banque centrale américaine ont estimé que, si les données économiques à venir faisaient état d'un rebond de la croissance au deuxième trimestre et d'un progrès de l'inflation vers l'objectif de 2%, il serait probablement approprié de relever les taux en juin.

Or les récents indicateurs publiés sont plutôt encourageants. Les chiffres de l'emploi au mois d'avril, avec un taux de chômage à 5%, indiquent que les Etats-Unis se rapprochent du plein emploi (estimé par la Fed à 4,7%), tandis que l'inflation se redresse (+0,4% le mois dernier, sa plus forte hausse depuis février 2013).

Et cet après-midi, le département américain du Travail a annoncé une baisse du nombre des inscriptions hebdomadaires au chômage tandis que l'indice des indicateurs avancés du Conference Board d'avril est ressorti supérieur aux attentes à +0,6% contre un consensus de +0,4% et +0,2% en mars.

Les fusions-acquisitions ont été l'autre thème majeur des marchés. A Francfort, Bayer a chuté de plus de 7% après avoir officialisé son intérêt pour le géant américain des semences, Monsanto. Les investisseurs redoutent que le groupe allemand ne se lance dans une opération très coûteuse. Les analystes évoquent un prix supérieur à 50 milliards d'euros.

A Paris, en revanche, Technip a bondi de plus de 6%, soutenu par son projet de fusion "entre égaux" avec l'américain FMC. Par ailleurs, le secteur bancaire (+1,3% pour Société Générale ; +0,72% pour BNP Paribas) a bénéficié de la perspective d'un relèvement prochain des taux américains.

(P-J.L)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant